BforBank, du haut de gamme au classique

Dans les banques en ligne, BforBank s’était longtemps démarquée en ne proposant que 2 cartes Visa : La Visa Premier (débit immédiat ou différé) et la Visa Infinite (débit différé). Depuis octobre 2018, BforBank a intégré une Visa Classic au sein de ses offres, de quoi rendre BforBank plus accessible.

« Mon banquier c’est moi. »

Voilà une phrase citée par BforBank dans ses diverses campagnes publicitaires. La banque ne s’en est jamais cachée, elle cherchait à n’avoir qu’une clientèle aisée dans son portefeuille. De quoi laisser les clients gagnant moins de 1600€ Net / mois à ses consœurs.
BforBank n’était pas très connu auprès du grand public, et des chasseurs de primes. Mais BforBank a joui d’une forte notoriété dans les placements, par la diversité des actifs disponibles chez BforBank. Une banque en ligne qui fait encore aujourd’hui figure d’exception sur le panel des produits et d’actifs qu’on peut avoir dans son portefeuille.
Avec un seuil d’entrée en relation fixé à 1600€, BforBank ne pouvait pas s’ouvrir à tout un pan de clients, friands des banques en ligne. La banque a donc surfé sur la vague des néobanques afin de proposer une Visa Classic dès 1200€ de revenus par mois. Les primes de bienvenues étaient possibles sur cette offre jusqu’à mi 2019, avant d’être retirées, une décision probablement motivée par le comportement des chasseurs de primes.

La carte Visa Classic

La Visa Classic proposée par BforBank fonctionne comme les Visa ou Mastercard que vous trouverez dans toutes les néobanques, c’est-à-dire en mode « punitif », aussi appelé « Electron » ou « CAS » (Carte à Autorisation Systématique). C’est donc une carte de type débit, impossible de l’avoir en débit différé ou crédit.
Selon votre situation, un découvert de 200€ vous sera proposé. Un atout permettant de compenser un peu avec les conséquences d’une carte « CAS », lors d’empreintes comme lors de l’utilisation des automates en 24/7 de carburant.
Côté plafond, ce n’est pas la fête. Vous disposez d’un plafond de paiement sur 30 jours de 1200€. Toutefois, cette limitation n’est valable que pour les opérations effectuées en France. Les opérations en dehors de la France sont limitées à 800€ sur 30 jours, et déduites du plafond de 1200€. En retrait, c’est 400€, peu importe la zone, sur 7 jours.
Officiellement, les plafonds sont modifiables. Dans la pratique, c’est très compliqué de pouvoir en obtenir une modification définitive.
Dans les fonctionnalités, on retrouve la possibilité de bloquer ou débloquer temporairement la carte. Le client a également la main pour activer et désactiver les paiements sans contact, à distance, hors de France, et via la piste. Sur ce point, cela reste complet pour ceux qui aiment avoir le contrôle sur leur carte.
Il est possible de configurer des alertes afin d’avoir un message dès qu’une opération dépasse le seuil fixé, par exemple 0€ en France pour les paiements / retraits. Il en est de même pour les opérations à l’international ainsi que les paiements en ligne.
La carte est en cobadge CB + Visa, BforBank n’a donc pas fait le choix de Boursorama avec Ultim ou Fortuneo avec Fosfo en excluant le réseau CB pour les Cartes à Autorisation Systématique.
Que ce soit en national, ou à l’international, la carte est compatible avec le « offline ». Elle préfère que BforBank soit sollicité à chaque transaction, mais acceptera de faire sans jusqu’à 150€ ou 5 transactions. Dès que la transaction est dans une devise autre que l’Euro, on sera sur du online obligatoire, ce qui est le cas de presque 100% des cartes. Rien d’exceptionnel dans la configuration, mais une acceptation déjà moins contraignante qu’une Revolut par exemple.

L’offre Visa Classic

A l’instar de ce que l’on trouve dans les FinTech, le côté punitif d’une telle carte est lissé avec l’argument du temps réel. Chaque paiement est donc pris en compte dans votre solde disponible, et apparait dans l’application avec une petite horloge, une icône permettant aisément de savoir que cette transaction est en attente de confirmation.
Un point intéressant, dans le détail d’une transaction, BforBank est la seule banque à restituer le numéro d’autorisation. Un élément permettant à certains commerçants de retrouver la transaction et traiter un incident de paiement. Vous trouvez également la date de paiement, mais il faut le deviner dans la série de chiffres (la première est la date, la seconde est l’heure, suivi les 4 derniers chiffres de la carte et pour finir, le numéro de l’autorisation).
Comme nous l’indiquions dans les informations sur la carte, l’offre est compatible avec un découvert autorisé de 200€. Cette enveloppe peut ainsi couvrir certaines cautions requises par des automates, des infrastructures de mobilité, des commerçants…
La carte est gratuite sous réserve d’effectuer au moins 3 paiements sur le trimestre. A défaut de respecter cette règle, une facturation de 6€ pour le trimestre échu sera appliquée.
Que ce soit un paiement ou un retrait en dehors de la zone €, des frais de 1.95% du montant de l’opération seront appliqués. Une politique qui tranche avec Ultim de Boursorama ou Fosfo de Fortuneo.
Vous avez la possibilité de commander un chéquier et d’encaisser des chèques sur votre compte BforBank.
Les commissions d’intervention ne sont pas facturées.

Les offres Visa Premier et Visa Infinite

Dès 1600€ par mois pour un compte individuel, vous pouvez accéder à une Visa Premier chez BforBank. Un seuil placé chez Fortuneo ou Boursorama à 1800€, hors condition d’épargne. De quoi la rendre plus accessible gratuitement, mais dans ce domaine, c’est ING qui reste l’acteur bancaire le plus ouvert avec sa Mastercard Gold.
Dès 4000€ par mois de revenus pour un compte individuel, vous pouvez prétendre à la Visa Infinite. La carte ne sera pas gratuite, mais facturée un peu moins cher que dans les banques classiques, avec un coût de 200€/an.
Côté plafonds, par défaut ce sont les même pour la Visa Premier que la Visa Classic. Ils sont effectivement très faibles. A partir de 2500€/mois en revenus, les plafonds seront de 2000€/mois dont 1200€ à l’international pour les paiements sur 30 jours, et 700€ sur 7 jours pour les retraits. Il y a quelques années, les plafonds de base étaient bien plus élevés, mais furent revus à la baisse pour tous les clients.
Pour la Visa Infinite, de base, vous êtes à 3000€ de paiement par mois dont 2000€ à l’international et 1000€ sur 7 jours pour les retraits. Cela balance avec les plafonds de base pour ces cartes qui sont plutôt de 20 000 à 30 000€/mois en dépense, et 5 000€/semaine pour les retraits.
A défaut d’effectuer au moins 3 opérations de paiements avec votre Visa Premier sur le trimestre, une facturation de 9€ sera appliquée. Une politique inexistante pour la Visa Infinite, dans la mesure où elle facturée 200€/an.
Les coûts pour les opérations en devises seront exactement les même que pour la Visa Classic. C’est-à-dire, 1.95% de frais sur le montant du paiement ou du retrait que vous effectuez hors zone €.
Donc si vous payez en € au Danemark, vous aurez des frais, car le pays est dans l’Europe, mais pas dans la zone €.

L’application mobile et le site BforBank

Du côté de l’application proposée par BforBank, c’est du très classique. Vous n’aurez pas accès à un historique d’opérations supérieur à 3 mois. Elle sert essentiellement à la consultation ponctuelle, pour les démarches plus complètes, vous devrez aller sur le site.
Un point qui irrite, c’est la présence de ce satané clavier numérique pour vous authentifier. Il est donc impossible d’utiliser un gestionnaire de mot de passe pour une identification facile et rapide.
Le design du site a été revu il y a quelques mois, mais c’est juste le déploiement d’un style visuel, les menus et toutes les fonctionnalités sont restées inchangées.
Le site fait le travail qu’on attend de lui, mais ce n’est pas l’outil le plus abouti qu’il nous ait été donné de voir à ce jour. Il suffira toutefois amplement pour la majorité des clients.

Le point fort de BforBank

L’offre de compte Classic est sans grand intérêt quand on va l’opposer à Boursorama Banque. Il faut reconnaître que sur la souplesse de gestion, Boursorama Banque est clairement le leader. Boursorama Banque est clairement pensée comme une banque « self care », c’est-à-dire que le client peut presque tout faire lui-même. Modifier les plafonds, changer de gamme de carte, augmenter son découvert… c’est facile chez Boursorama, alors que c’est compliqué chez les autres banques en ligne.
BforBank cependant se démarque de ses concurrentes par la diversité des fonds qui sont accessibles dans ses placements (assurance vie, compte titre ordinaire, pea…). C’est indéniablement LA force de BforBank.
Selon les investissements que vous désirez faire, BforBank peut répondre à vos attentes et besoins. On a d’ailleurs l’impression que BforBank est plus un acteur pour la gestion d’un patrimoine que pour du compte bancaire. Le compte fait presque office de pièce rapportée à l’investissement sans être le cœur de métier de BforBank.

Les points négatifs chez BforBank

Une plainte récurrente sur BforBank, c’est la qualité du service client. Lorsque vous désirez mettre fin à la relation commerciale avec eux, armez vous de patience, car cela peut se compter en années… Oui en années.
Fermer un livret est relativement rapide dès qu’ils réceptionnent votre courrier recommandé. Ils ferment aussi la carte très rapidement, et vous recevez la confirmation de sa mise en opposition. Mais la clôture du compte, nous avons des témoignages et preuves de clients qui depuis 2017 attendent la clôture. Lors des relances, le service client présente ses excuses et indique que la demande est priorisée, mais 3 ans après, le compte est toujours actif.
Globalement, les retours sur le service client ne sont pas très élogieux. Entre la rigueur du service client, les procédures pas très modernes, et plus largement la lenteur, la recommandation de BforBank n’est pas sur la qualité de ce service spécifique.
BforBank n’a fait aucune communication sur la suppression des frais en devises. Pour Apple Pay, une promesse est faite pour la délivrance du service en 2020. Cela reste très vague, et pour l’heure, Apple Pay ne confirme pas l’information en affichant BforBank sur son site. Concernant les usagers Android ou Samsung, aucune information n’est précisée pour cette communauté de clients.
Il n’y a pas de chargement possible du compte via le mécanisme de virement instantané, ou carte bancaire.

Conclusion

Pour nous, BforBank se rapproche surtout d’une banque d’investissement en ligne plus que d’une banque en ligne axée sur les comptes à vue.
L’offre bancaire de BforBank n’a rien d’exceptionnelle. Elle tranche d’ailleurs avec ce que vont proposer Hello bank!, Fortuneo, ING ou Boursorama Banque.
On ne comprend pas très bien la stratégie du groupe Crédit Agricole / LCL avec sa filiale BforBank. Sur ce point d’ailleurs le réseau, comprenez les agences physiques, du Crédit Agricole ne voient pas d’un bon œil BforBank, et ce n’est pas une question de concurrence. Il faut dire que les pertes de BforBank, plus de 30 millions rien qu’en 2018, irritent quelques caisses régionales du Crédit Agricole, un sentiment de payer pour rien et à peine 230 000 clients en 2019.
Pour l’heure, un client qui cherche une banque en ligne pour réduire ses frais, ira plus vers Boursorama ou Fortuneo que BforBank. Les recommandations globalement ne portent pas sur BforBank. Il faudrait reprendre beaucoup de choses de zéro chez BforBank pour la hisser au niveau de Boursorama Banque pour la partie compte bancaire.