Boursorama, bunq, revolut, max : Les cartes METAL se valent-elles toutes ?

AVEC NOTRE CARTE METAL, VOUS ALLEZ RESSENTIR TOUTE VOTRE PUISSANCE FINANCIERE !!

Quelle belle phrase d’accroche qui colle, si bien aux cartes en métal. C’est d’ailleurs ce que tente de vendre tous les acteurs en proposant de telles cartes. Avouons le, les détenteurs jouent soit les faux modestes, soit veulent bien faire remarquer que leur carte n’est pas en plastique mais en métal. Mais toutes se valent-elles ? Après avoir autopsié quelques cartes METAL, faisons aujourd’hui un tour des différents fournisseurs.

G+D (Giesecke & Devrient)

Cette société est inconnue du grand public. Elle s’occupe pourtant des cartes pour des établissements comme Crédit Mutuel Arkea (CMB, CMSO, Fortuneo, Max…) ou encore le Crédit Agricole. G+D se lance en France sur les cartes en métal via l’offre Premium proposée par Max. Elle surpasse en terme de qualité tous les acteurs déjà établis en proposant une carte qui avoisine les 24g en métal.

Full Metal

G+D propose des cartes avec un ratio de 97% de métal. G+D a fait le choix de ne pas mettre un socle en plastique au verso de la carte en métal. On trouvera donc au verso une très fine pellicule de plastique pour permettre l’estampage uniquement.

Nous soutenir

Sans publicités et sans liens sponsorisés, notre contenu est accessible gratuitement pour tous.

Le sans contact

Il n’y a pas d’antenne NFC sur le verso de votre carte, de quoi laisser un peu plus de place au métal. Elle est remplacée par une antenne omnidirectionnelle. Intégrée à côté de la puce EMV, elle permet ainsi d’être utilisable en recto comme en verso pour cette technologie de paiement. La majorité des usagers, ayant étonnamment l’habitude de poser le recto contre le TPE et non le verso, la carte proposée par G+D sera fonctionnelle. Cela entache un peu le design de la carte, mais c’est principalement une question d’habitude. Après quelques jours, cette démarcation n’est plus visible.

Il s’agit là des cartes les plus chères à produire. Chez les autres acteurs comme N26, Revolut, bunq ou Curve, le dos de la carte est constitué de plastique. Sur le plan marketing, cela est expliqué pour embarquer le « sans contact ». Dans la réalité, cela permet de réduire le coût de la carte en embarquant presque 1/3 de PVC.

Gemalto Thales

juste après G+D, nous trouvons, en terme de qualité de produits, le groupe Thales avec sa marque Gemalto. Seules deux FinTechs proposent des cartes Gemalto, il s’agit de Curve et bunq. Elles ont donc fait le choix de proposer un support métal de qualité avoisinant les 19g par carte. L’antenne « sans contact » se situe donc au verso exclusivement sous une couche de PVC.

Gemalto s’illustre déjà dans la fiabilité de ses ICC (puces) sur les cartes en plastiques. De nombreux émetteurs retiennent Gemalto pour leurs cartes en raison de cette qualité et robustesse. Des établissements non disponibles en France, pour le moment, fonctionnent également avec Gemalto, citons par exemple la banque Monzo au Royaume-Uni.

Tag Systems et exceet

Ces deux fournisseurs de cartes en métal sont utilisés par Revolut, N26 mais également American Express (en France), ou plus récemment Boursorama. Ils sont tous les deux à égalité en queue de peloton sur la qualité des cartes en métal qui s’approchent plus des 16/17g que des 18g sur des balances de haute précision.

Ils proposent des cartes en métal qu’on trouve en dessous de 20€ à l’unité pour une production de masse. On comprend donc qu’il existe une différence qualitative entre une carte de ces 2 groupes en opposition à une G+D. L’une des constatations récurrentes c’est la désolidarisation du plastique au verso avec le support en métal. Une situation qui intervient lors d’un usage régulier de la carte au quotidien.

L’avantage des 2 offres de exceet et Tag c’est qu’il est possible pour une FinTech de proposer des cartes en métal à des prix défiant toute concurrence. Il est donc possible de se placer sur ce segment de cartes avec un produit disposant d’un avantage concurrentiel.

Nous soutenir

Sans publicités et sans liens sponsorisés, notre contenu est accessible gratuitement pour tous.

Idemia

Cette société très utilisée pour les SIM et les eSIM des opérateurs mobiles, excelle également dans tout ce qui touche à la sécurité, la biométrie et la technologie. Elle est derrière des services comme le cryptogramme dynamique ou la carte bancaire biométrique qui arrive très prochainement chez BNP, Crédit Agricole et d’autres acteurs avec son brevet F.CODE.

Dans le monde de la monétique, IDEMIA est également connue pour sa prouesse d’avoir permis à la Société Générale et maintenant au Groupe Crédit Agricole d’embarquer CB avec Visa/Mastercard au sein d’Apple Pay !

Idemia proposera d’ailleurs une carte « écologique » à Only One, la FinTech orientée sur cette thématique.

La qualité des cartes proposées par IDEMIA tutoie celles de G+D, on est donc sur le très qualitatif. Pour le moment, aucun acteur ne propose en France des cartes en métal avec IDEMIA. Hors de l’hexagone, HSBC propose des cartes en métal avec support IDEMIA à ses clients. IDEMIA propose d’ailleurs du 28g dans les cartes en métal, mais sait également proposer une version plus basique en métal plaqué de 18g. Ils poussent le vice jusqu’à proposer des cartes en or massif 10 carats ou plaquées or 24 carats.

Si les priorités ne sont pas reportées, courant 2021, nous devrions voir des cartes Visa Infinite et Mastercard World Elite utiliser ce support en France. Ce seront bien entendu de véritables cartes World Elite ou Infinite étant déclarée comme telles auprès des réseaux.

Proposer des cartes en métal au catalogue

Une carte en métal, peu importe la société l’ayant imaginée, ne fonctionnera pas mieux qu’une carte en plastique. Le support métal d’une carte de paiement n’a donc qu’un côté statutaire ou premium. Ce type de carte répond donc à une simple demande des consommateurs désireux de revendiquer un statut réel ou fictif au moment de payer.

L’établissement la délivrant, surfe clairement sur cette vague et permet ainsi d’attirer des usagers disposés à payer pour cette sensation de « puissance financière ». Quand on connait le coût moyen de production de ces cartes on comprend vite l’intérêt des établissements. Rares sont les FinTechs qui vous laissent la carte active en changeant d’offre, ou réduise le coût de l’abonnement la seconde année. Plus longtemps vous gardez la carte en métal sans la remplacer, et en offre « premium / metal », plus vous rapportez. Après tout, les établissements auraient tort de ne pas surfer sur cette mode pour faire rentrer du cash dans les caisses.

Les aspects négatifs des cartes en métal

Le premier point est le poids de la carte. On sent une différence dans un porte carte entre une carte en métal et une en plastique. Certains accessoires comme les portes cartes Secrid rencontrent d’ailleurs des défauts sur le moyen terme. Nous pouvons citer par exemple la carte qui est éjecté lors d’un mouvement circulaire, alors que les plastiques restent dans le compartiment.

Sur un usage de terrain, certains équipements ont des tiroirs d’insertion. C’est ce que vous trouvez par exemple sur les distributeurs de carburant en 24/7. L’absence de flexibilité des cartes en métal endommage fréquemment les cartes sur un usage hebdomadaire, en raison de la friction métal contre métal. Les cartes s’abiment donc plus vite que les cartes en plastique par l’apparition de rayures.

Dès qu’on est confronté à des automates et non des TPE, ces dispositifs sont très rigides dans le fonctionnement. Cela est principalement lié au faut qu’ils soient en « libre-service » et donc l’usager utilise seul le dispositif pour payer par exemple un stationnement. Les mécanismes de contrôles sont parfois capricieux quand ils détectent un poids anormal dans la zone d’insertion. Votre carte peut donc rester bloquée, générer un défaut nécessitant un appel d’assistance, ne pas être reconnue par l’automate.

Les distributeurs de billets s’équipent de mécanismes anti-skimming. Leur but est d’empêcher le déploiement d’un boitier tiers visant à capter les données de la piste magnétique et du PIN. Avec une carte en métal, il n’est pas rare de voir des incidents tels qu’une carte coincée ou avalée. L’insertion et l’éjection sont contrôlées par un dispositif mécanique, celui-ci étant parfois capricieux avec des cartes en métal, il peut bloquer ces dernières.

Nous soutenir

Sans publicités et sans liens sponsorisés, notre contenu est accessible gratuitement pour tous.

Embossage des cartes en métal

Aucune société proposant des supports en métal n’embossent ses cartes. Toutes proposent à la place une gravure, une impression ou un traitement laser pour faire ressortir légèrement les informations au verso.

Les cartes sont conformes aux certifications de Visa et Mastercard. C’est donc davantage une politique de non-embossage qu’une impossibilité technique à réaliser l’opération. Aucun acteur ne va réviser ces certifications, les cartes en métal viennent donc sans embossage pour l’estampage.

Conclusion

Toutes les sociétés proposant d’émettre des cartes en métal rappellent qu’il est possible de faire des bénéfices. Certaines vont même jusqu’à rappeler que les « Millennials » et « Gen Z » sont les plus faciles à appâter avec ce type de carte bancaire.

Il est également rappelé qu’en conditionnant la carte en métal à un abonnement « premium », il est possible d’augmenter la loyauté du client sur le service. Le client reste « premium » afin de conserver la carte et ne pas régresser sur une carte en plastique.

Pour un usager, soyons très clair, une carte en métal n’apporte strictement rien de plus dans le fonctionnement ou la résilience de votre carte.  Nous restons réservés sur les tarifs pratiqués. Nous pensons qu’il est possible d’investir dans d’autres biens du quotidien que dans une carte bancaire en métal.

Boursorama est la première banque française à proposer, à nouveau, une carte en métal. Elle devance ainsi ses futures concurrentes en lançant un tel produit à un tarif inférieur à celui habituellement pratiqué, de quoi gagner des parts de marchés, et surtout, générer des revenus.

Les cartes en métal ne datent pas d’hier. Voila plus de 10 ans qu’elles sont dans le paysage. Proposées il y a quelques années, elles sont tombées en disgrâce à la suite des incidents. Depuis 2018, les FinTechs tentent de redorer l’image de ces cartes en les associant à ce besoin statutaire, et cela fonctionne. La demande est effectivement très présente au point que certains acteurs proposent une telle carte « pour ne pas passer à côté d’une entrée d’argent facile ».

Au sein de l’équipe, nous avons toutes les versions et variantes de cartes « Metal » actuellement en circulation. Nous constatons simplement que la carte en métal de Max est la plus qualitative à ce jour.