bunq SuperGreen : l'arbre qui gâche la forêt

bunq SuperGreen, l’offre bancaire écologique mise en avant par bunq est-elle aussi verte et vertueuse qu’elle le prétend ?
Vous l’avez sans doute remarqué. bunq fait presque un forçage pour vous faire passer sur son offre SuperGreen à 16.99€/mois. Cela n’est pas nouveau. C’était déjà le cas lors des précédentes évolutions depuis la mise en place de sa carte en métal.
Le changement de politique financière avait déjà irrité les détenteurs de la GreenCard qui était vendue seule à 99€/an. Malgré une offre différente de la Travel Card et qui correspondait à une grande partie des possesseurs, tous se voient migrer vers une offre à 203.88€/an. Une hausse de 105.94% de la cotisation qui passe difficilement.
Nous rappelions dans notre dernier article sur bunq, que de nombreux spécialistes précisent que « planter des arbres » n’est pas une bonne idée, ni même une solution pour l’environnement. Ce qu’il faut, c’est préserver les emplacements déjà boisés dans les lieux stratégiques, aider les populations et soutenir l’économie de ces populations qui préserveront ainsi ces lieux. Mais l’arbre est un symbole auquel beaucoup ne vérifient pas après combien de temps il porte ses fruits.
Cette problématique soulevée à bunq, la réponse fût simple. L’arbre est un symbole qui trouve écho chez ceux qui veulent se racheter une conduite. Faire un système comme Tomorrow a donc été écarté, alors que les actions et les engagements sont réellement en faveur de l’écologie. Mais il n’y a pas de forêt à vous montrer ou autre, juste votre niveau de participation à un projet, et le niveau global d’avancement de celui-ci.

Une forêt d’arbres artificiels

Dans l’application bunq il est possible de voir une représentation au travers d’une forêt. A chaque 100€ dépensés, un arbre est alors ajouté jusqu’à constituer une forêt très peuplée. En réalité, il est très facile de gonfler artificiellement cette « forêt ». Nous allons vous expliquer comment certains plantent des volumes d’arbres qui ne sont pas réels.
Si vous déposez 1 000€ sur bunq, et vous dépensez cette somme avec une carte, vous obtenez 10 arbres. Mais en réalité, les arbres sont dessinés dans votre forêt dès l’autorisation. Si celle-ci est abandonnée, annulée ou clôturée à 0€, les arbres restent plantés dans votre forêt.

Amazon (ie) et votre forêt

Imaginons que vous faites des commandes factices sur Amazon par exemple. Dans les minutes ou les heures qui suivent, selon qu’on soit sur Amazon ou Amazon Mktp, Amazon fait une autorisation du montant global de la commande.
Vous retournez sur Amazon. Vous annulez votre commande avec le motif de votre choix. Amazon annule l’autorisation. Immédiatement, bunq vous avise que les fonds sont à nouveau disponibles sur le compte. Les arbres restent plantés pour autant. Ils ne seront pas supprimés de votre forêt virtuelle.
NDLR : Ceux qui pensent que c’est pareil avec le cashback chez Curve, on vous le dit clairement, Curve réajuste la balance et le retire de votre cagnotte.

La petite tricherie du TopUP

Imaginons, une fois de plus que vous décidez de faire un TopUp de votre compte bunq avec votre carte Revolut d’un montant de 100€. Et que 2 minutes après, vous décidez de faire un TopUp de votre compte Revolut avec… votre compte bunq. Et voilà un arbre virtuel de plus dans votre forêt.
Le problème a bien évidemment été remonté aux équipes. La ludification ostentatoire, sur les réseaux sociaux, de cette forêt s’intègre parfaitement dans le coté challenge et équipe voulue par bunq dans cette 3eme version de l’application. La décrémentation des arbres n’est donc pas un sujet à l’ordre du jour.

De l’existence réelle de vos forêts

Plusieurs personnes avaient posé la question de la réalité de la plantation des arbres, autant vous dire que les réponses reçues sont dignes de certaines réponses de nos politiques.
Obtenir une forme d’attestation de bunq précisant le nombre d’arbres réellement plantés, les localisations retenues par Eden Reforestation Projects pour vos arbres, tout cela est impossible.

Compenser une empreinte carbone

Le postulat consistant à dire qu’on achète un bien matériel, ou un billet d’avion par exemple, et qu’en payant avec bunq on compense l’empreinte du déplacement ou du produit est totalement fausse.
C’est méconnaître le fonctionnement d’une compensation. C’est surtout impossible, car comme rappelé, un arbre met une décennie au moins avant d’avoir une action. Impossible de savoir s’il sera encore là, ou aura fait l’objet d’une coupe en raison d’une infection ou d’un évènement climatique.
En restant pragmatique, si l’on est dans un extrême de vouloir compenser, on évite simplement d’acheter du neuf. Le marché de l’occasion est un bon exemple pour drastiquement réduire une empreinte carbone. D’une manière générale, tout ce qu’on fait peut avoir une conséquence. C’est comme vouloir éviter le sucre, on en retrouve partout. (Pierric si tu nous lis)

Que faire alors ?

Tomorrow reste la meilleure solution si vous souhaitez réellement avoir un impact sur votre empreinte. Les projets sont cohérents et ne sont pas du tout orientés marketing ou autre bullshit commercial jouant avec l’aspect écologique.
Si vous êtes Revolut Metal, vous pouvez également faire ce « rachat » de conscience. Une partie de l’interchange vous est reversé dans un coffre (0.10% dans l’EEE, et 1% en dehors). Annuellement, vous pouvez prendre le contenu de ce coffre et le verser à l’association ou projet de votre choix. Le climat est une chose, mais le panel des associations proposé par Revolut concerne l’humain, la science, la protection et de nombreux autres secteurs.
Le don spontané est également une bonne option. Vous disposez d’une déduction fiscale possible et vous aidez une association sur un projet et une problématique d’aujourd’hui, comme la recherche de vaccins ou de traitements.

bunq, l’herbe n’est plus si verte

bunq était une FinTech avec une image forte en termes d’intégration et de valeurs. Cependant cette image est écornée suite à quelques révélations sur le traitement des employés. Beaucoup de monde doutait déjà de l’aspect « vert » qui était beaucoup trop mis en avant, mais ce nouveau revers chez bunq vient entériner le départ de certains représentants historiques de bunq ne partageant pas ces nouvelles valeurs.
Cette situation permet de poser la question de ce qu’on veut réellement. Est-ce que le choix est d’avoir une carte en métal, ou est-ce d’avoir un acte écologique. Si c’est l’écologie qui vous anime, alors planter des arbres n’est pas la solution aux problèmes de maintenant, et encore moins une garantie d’avoir un impact dans le futur.
Vous ne savez pas où et comment vous agissez avec bunq. Sur ce plan Tomorrow répond à cet engagement moral, vous savez ainsi où va votre participation.
Bien entendu, une FinTech ne vit pas d’amour et d’eau fraiche, Tomorrow a une offre gratuite, et une offre payante. L’offre payante sert à couvrir les coûts de fonctionnement et d’améliorer votre participation. Pour le moment, n’espérez pas une carte en métal ou un chargement par carte qui occasionnent des coûts élevés dans le fonctionnement. Chez Tomorrow, l’idée est simple, vous résiliez votre offre Premium quand vous le souhaitez, sans pénalité.

Conclusion

L’écologie est le nouveau point d’intérêt, surtout chez les jeunes, une sorte de cause commune. Nous allons voir fleurir de plus en plus d’offres qui vont s’articuler autour de cela. Une façon de se placer sur un marché saturé en revendiquant un côté écologique. On ne va pas se leurrer, le jour où vous trouvez un établissement bancaire où tous les membres sont bénévoles, où le statut est en association à but non lucratif… là on pourra se dire que l’écologie n’est pas simplement un positionnement commercial pour se démarquer et aguicher du client.
Tomorrow et Revolut ( surtout depuis que son Senior Com s’est séparé de son vieux diesel ) sont des alternatives pour une âme écologique. Tomorrow le fera pour vous. Avec Revolut, vous décidez où va votre argent, et quel projet vous avez à cœur de soutenir. Les 2 positions sont louables, et dépendent de la sensibilité de chaque personne.