Cashback : 2 kilos de fraises et 1 billet de 10€ svp !

billet 50 euros
billet 50 euros

Le gouvernement français s’apprête à autoriser le cashback. Ce service de remise d’espèces par les commerçants existe déjà dans d’autres pays européens. Les Français devraient pouvoir retirer jusqu’à 100 euros en espèces chez les commerçants volontaires.

100 euros maximum en France

Lors d’un passage en caisse, toute personne munie d’une carte bancaire de paiement pourra retirer le montant de son choix. L’opération consiste à payer davantage que sa note avec sa carte bancaire. Le commerçant rend ensuite la différence sous forme de monnaie. Du côté des commerçants, le cashback fonctionne sur le principe du volontariat.

En France, un texte a été voté en première lecture à l’Assemblée pour encadrer cette pratique commerciale. Le texte se trouve maintenant au Sénat.

Plus de 57.000 distributeurs automatiques

La France dispose de plus de 57.000 distributeurs automatiques de billets (DAB), selon le Groupement Cartes Bancaires, soit environ 850 par million d’habitants, mais pas forcément bien répartis sur tout le territoire. Cela se situe plutôt dans la fourchette haute en Europe. Ce qui n’empêche pas que certains villages ou petites villes de l’Hexagone manquent cruellement de points de retrait, à mesure que les banques accélèrent les fermetures d’agences, dont la fréquentation baisse.

Ce dispositif devrait donc soulager les habitants des zones rurales. Dans ces zones moins densément peuplées ou plus isolées, les distributeurs automatiques de billets sont parfois difficiles d’accès.

Ce système peut aussi servir de marche-pied aux nouveaux entrants de la Fintech. En Allemagne, la néobanque mobile sans agence N26 s’est alliée au réseau de supermarchés Rewe pour permettre à ses clients de retirer de l’argent sans frais.