virement

Comment fonctionnent réellement les virements ?

Initialement, l’article devait être plus technique sur les virements, mais après relecture, c’était lourd, trop lourd.
Repensé de zéro et simplifié, sans pour autant dénaturer l’information, on vous propose de découvrir l’univers des virements.

Pour bien saisir les virements, on va parler de 4 types de virements :

  • Le virement traditionnel : Vous l’utilisez régulièrement, c’est à lui que vous avez recours quand vous réalisez un transfert de fonds au sein de l’espace SEPA, il est donc obligatoirement en Euros.
  • Le virement urgent : Il est méconnu, pour cause, il est principalement utilisé pour régler un notaire lorsque vous achetez une maison par exemple, vous aurez compris, on parle de montants très élevé.
  • Le virement instantané : On entend parler depuis bientôt 1an et il commence tout doucement à apparaître dans les banques, son avantage c’est un transfert en quelques secondes 24h/24 et 7j/7.
  • Le virement SWIFTC’est un virement utilisé pour réaliser des opérations hors de l’espace SEPA ou dès qu’on fait un virement dans l’espace SEPA qui n’est pas libellé de bout en bout en Euros.

Lorsque vous réalisez l’un de ces 4 types de virement, votre banque ne va aller communiquer en direct avec la banque bénéficiaire, systématiquement, un intermédiaire sera au milieu, on parle d’une « chambre de compensation » ou d’un « CSM ».
Il existe plusieurs CSM, ils permettent donc de s’assurer que les banques se règlent entres elles les fonds qui sont dus à l’autre. Ces chambres facturent les 2 banques pour le service rendu, chaque virement sera donc facturé à la banque qui envoie le virement mais aussi à celle qui va le réceptionner.

De manière générale en France, les banques prennent à leur charge (pour les particuliers) ces frais pour les virements traditionnels qu’on nomme SCT (SEPA Credit Transfer).
Pour information, ce sont ces mêmes chambres qui gèrent les prélèvement (nommés techniquement SDD SEPA Direct Debit) et tout comme les SCT, les chambres facturent les banques pour le service.

Réglons tout de suite une question, il est impossible de composer sans ces chambres, elles sont là pour assurer qu’aucun participant (banque, établissement de paiement, …) n’ait de dettes envers un autre participant.
Vous l’avez donc compris, elles sont la clef de voute pour la confiance et de la sécurité des paiements.

Le virement traditionnel (SCT)

Lorsque vous faites un tel virement en renseignant l’IBAN (et le BIC, même s’il est facultatif), votre banque enregistre l’opération mais ne transmet pas immédiatement cette information à la chambre de compensation (ce fonctionnement est commun à toutes les banques y compris les fintech et les neobanques). Elle va concentrer les ordres de ses clients, mettre en forme ces derniers, puis le moment venu (on parle de vacation), elle va transmettre des fichiers, qui regroupent les ordres de virements, à différentes chambres selon la destination du virement.
Une fois les ordres envoyés à chaque chambre de compensation, c’est à ces dernières qu’il appartient d’aviser la banque bénéficiaire qu’un virement lui est destiné. Ces chambres ne font pas l’opération immédiatement, elles fonctionnent elles aussi par cycle, on parle de « settlement » mais on va utiliser le terme français, à savoir le règlement.

Prenons la leader en Europe qui est EBA, son système pour les SCT (virement traditionnel) se nomme « STEP2 SCT ». Il avise les banques bénéficiaires à 21h30, 01h50, 06h15, 09h30, 12h00, 14h30 et 16h15. Entre 2 phases, STEP2 fait la balance afin de savoir qui doit combien et à qui.

Si la banque A fait un virement de 80€ à la banque B, elle lui est redevable de 80€, mais dans le cycle, STEP2 réceptionne un virement de la banque B vers la A pour 100€, résultat en fin de cycle, la A ne devra rien à la B, et la B ne sera redevable que de 20€ à la banque A, c’est la réconciliation.

Comme nous l’indiquions, il y a des horaires pour les cycles de règlements, si la chambre réceptionne l’information entre 2 cycles, elle va aviser la banque bénéficiaire au cycle suivant.

Il y a une information qui est cruciale, c’est d’obtenir les périodes de vacations à sa banque (Demandez à votre conseiller). Si votre banque ne réalise qu’une vacation quotidienne, c’est le cas chez ING pour les virements sortants, et que vous réalisez un virement après la vacation de votre banque, le virement sera envoyé à la chambre le prochain jour ouvré seulement.

Si vous désirez être dans la vacation d’EBA pour 12h00, nous vous conseillons de réaliser votre virement avant 11h.
Beaucoup de banque ont un cycle à 11h pour l’envoyer à EBA et être traité par EBA à 12h, ensuite la banque d’en face, l’intègre soit vers 12h30, soit plus tard.

Dans notre test, un virement réalisé à 10h30 depuis ING vers N26 a été réceptionné par EBA à 11h45, et intégré dans le cycle de 12h et donc notifié à N26 à 12h. N26 a intégré l’opération à 15h03, soit 3h après qu’EBA ait notifié N26 de la mise à disposition des fonds.

Si vous effectuez chez ING un virement à 11h30 le vendredi, il ne sera envoyé à la chambre que le lundi à partir de 11h pour être communiqué à N26, la chambre ne traitant pas de mise à disposition des fonds le samedi et le dimanche.

Les banques traditionnelles intègrent dans leurs outils ces virements quand STEP2 en fait la notification, mais ce n’est que plusieurs heures après que vous aurez accès aux fonds car en raison du volume d’opérations qu’elles ont à gérer, c’est impossible de faire du temps réel sur ces intégrations, contrairement aux Fintech qui ont des volumes très faibles et peuvent se permettre d’actualiser régulièrement les ordres de STEP2.

Les 3 parties prenantes sont donc concernées par les délais d’imputations du virement au solde de votre compte.
Même les Fintech ne font pas du temps réel sur les écritures, le faible volume permet à ces dernières de traiter plus vite les remises, mais pour autant, on n’est pas dans le temps réel non plus.

Le virement urgent

Ce virement est utilisé de manière très occasionnelle par les banques et comme nous le précisions, presque exclusivement réservé aux règlements de ventes immobilières à destination des notaires. L’avantage de ce virement en comparaison du traditionnel, c’est qu’au lieu de regrouper les ordres, la banque va exécuter individuellement le virement.

L’opération passe alors par un circuit court auprès de la chambre de compensation, et le faible volume d’ordre permet une arrivée sur le compte du bénéficiaire en quelques minutes ou quelques heures grand maximum.

Ce virement coûte cher à la banque qui répercute les frais de la chambre de compensation à son client. Un tel ordre transite par l’intermédiaire d’un réseau nommé SWIFTNet de 07h30 à 16h00. L’information est donc traitée en priorité par les parties prenantes. Le coût étant lourd à ce jour, une quinzaine d’euros en moyenne, seules les banques traditionnelles proposent ce service, les Fintech préfèrent ne pas y adhérer.

Ce mode de virement urgent n’est pas destiné à disparaître au profit du virement instantané, car l’urgent n’est pas limité à 15 000€.

Le virement instantané (SCT Inst)

Clarifions immédiatement un doute, ce nouveau mode de virement est en complément du SCT (virement traditionnel), il n’est pas là pour le remplacer même si cela sera le cas dans certaines banques ne facturant pas le service. On voit en France des banques comme la Caisse d’Epargne qui facturent 1€ cet ordre de virement.

Cela n’est pas illogique car SCT Inst coûte d’avantage aux banques, elles répercutent donc le coût d’une telle opération. Hors hexagone, on voit que les tarifs varient de 0€ à 5€ pour un tel virement avec une moyenne à 1.50€.

Presque toutes les banques Françaises ayant communiqué sur la disponibilité à venir du service, nous allons parler comme si c’était déjà en place et exploitable au moment où vous lisez ces lignes.

Ce type de virement a nécessité de nouvelles plateformes auprès des chambres de compensation afin de revoir une toute nouvelle méthodologie de travail, et assurer des opérations en 24/7. Jusqu’à présent, ces plateformes empêchaient les banques de faire des opérations les week-ends ou certains jours fériés, et quand c’était autorisé, il y avait des horaires à respecter.

L’IP (Instant Payment) s’inspire un peu du fonctionnement de la carte bancaire avec un mécanisme d’autorisation quand vous initiez un virement SCT Inst.

La première étape, votre banque va vérifier qu’elle est en mesure de joindre la banque finale, car les 2 banques peuvent être compatibles IP, mais n’ayant pas de chambre de compensation commune, l’opération sera impossible.

Une plateforme en Europe prend d’ailleurs une position dominante sur ce créneau, il s’agit d’EBA et c’est pourquoi nous l’évoquons, ici, car il n’est pas prévu à terme qu’une chambre de compensation transmette la demande à une autre chambre.

Chaque banque fait son choix, il n’y a ni bon, ni mauvais choix, elle va aller sur la plateforme avec laquelle elle a le plus d’échange en général, et par la suite, elle peut aller sur d’autres chambres également, mais l’IP est jeune, donc peu de chance qu’elles cumulent les chambres avant l’été 2019.

Une certitude sur le marché Français, ce sera la chambre STET qui sera retenue par les banques, donc ne vous attendez pas à pouvoir faire un SCT Inst vers bunq (excellente néobanque hollandaise) par exemple avant 2019.
bunq ayant décidé d’aller sur EBA, ils ne vont pas aller dans les prochains mois sur la STET.

Si une chambre commune est trouvée, votre banque transmet l’ordre SCT Inst à la plateforme de compensation.
La chambre va en temps réel transmettre l’information à la banque du bénéficiaire qui doit répondre si elle accepte l’opération créditrice, dans l’affirmative, la réponse repart auprès de la chambre qui en avise la banque émettrice.

À partir de là, l’ordre se finalise et le bénéficiaire est informé (affichage espace client, notification…) et les fonds sont à sa disposition.

Ce nouveau mode de virement est très pratique, mais elle sera également la cible de fraudeurs : Les fonds sortent immédiatement de votre compte et peuvent passer par plusieurs banques en quelques minutes. En l’état, la procédure de rappel des fonds sur les virements classiques est presque toujours infructueuse, cela sera encore plus compliqué avec SEPA Inst, donc si un virement frauduleux quitte votre compte ou qu’il est mal exécuté, il y a peu de chance de revoir votre argent.

Le virement SWIFT

Ce virement est destiné principalement aux ordres de transferts de fonds en dehors de l’espace SEPA.
Si vous désirez par exemple envoyer des fonds au Canada, au Japon… ces ordres vont transiter via SWIFTNet qui est le cœur du réseau SWIFT.

Mais certains de nos voisins Européens sont d’avantages concernés par SWIFT alors qu’ils sont membres SEPA, (Bulgarie, Croatie, Danemark, Gibraltar, Hongrie, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Suède, Royaume Uni, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Martin et Suisse).

Avec la liste complète, vous devriez avoir une petite idée, surtout en voyant que des pays comme la Suède ou le Danemark sont pourtant dans l’Europe (on enlève déjà les anglais maintenant qu’on les plie aux 6 Nations).

Tous ces pays ont la particularité d’avoir pour monnaie nationale une autre devise que l’Euro, par conséquent, il est impossible pour eux de faire un virement SEPA (traditionnel, urgent ou même instantané) dans leur devise.

Un Suédois qui désire virer des fonds depuis sa banque à Stockholm vers un compte également en SEK (Couronne Suédoise) d’une banque à Paris devra passer par SWIFT, car SEPA n’autorise aucune autre devise que l’Euro.

Si dans sa banque à Stockholm il dispose d’un compte en Euro, et son compte à Paris est également en Euro, alors il peut faire un virement SEPA.

Certaines banques proposent à ces pays de faire la conversion automatique depuis la devise locale vers l’Euro afin de réaliser un virement SEPA, c’est au client de calculer quels sont les frais entre un virement SWIFT et un SEPA, mais un SWIFT dispose de plusieurs types de frais. En SWIFT on parle de « BEN », « SHA » et « OUR » pour les frais, en clair, le bénéficiaire paye, les frais sont mutualisés ou alors l’émetteur paye tous les frais.

Résultat, le Suédois qui souhaite virer des Euros sur un compte en France depuis son compte en SEK situé à Stockholm et qui n’utilise pas SEPA va se voir charger par sa banque suédoise de frais, mais la française va également lui en prendre si l’ordre SWIFT n’est pas en « OUR ».

Un virement SEPA traditionnel est crédité à J+1 (ouvré) maximum après que la chambre ait eu l’ordre en provenance de la banque émettrice, un virement SWIFT prendra lui en moyenne 5 à 10 jours ouvrés selon les banques. Ce délai s’explique par le fait que certaines banques ne sont pas en direct sur SWIFTNet et utilisent des « correspondants » qui feront intermédiaires.

Sous un certain angle, vous pouvez avoir à l’esprit que SWIFT est un système dépassé, qui n’est plus en phase avec son temps, mais c’est faux, SWIFTNet sert pour les ordres de paiements, mais il sert aussi aux banques à s’envoyer certains messages, par exemple des demandes d’investigations, des procédures de rappels des fonds qui ne peuvent pas être codés sur SEPA.

Le coût d’un virement SWIFT est bien supérieur à celui d’un virement SEPA traditionnel ou instantané, mais il sera proche de celui d’un virement urgent (entre 20 et 25€ en « OUR ») car comme nous l’évoquions, SWIFTNet est intégré dans l’opération de virement urgent.

Certaines Fintech comme N26 ont décidé de ne pas être présentes ou même accessibles via SWIFT. Revolut est présent, mais comme vous l’aurez compris, c’est une obligation pour eux d’accepter les ordres SWIFT, car si un Suédois désire créditer son compte Revolut via un virement, il doit réaliser ce dernier au travers de SWIFT et cela même si son compte est en SEK chez Revolut (donc virement SWIFT sans opération de change).

Les virements ne sont pas en voie d’extinction contrairement aux chèques par exemple.

Ils devraient même gagner du terrain avec SEPA Inst, car des sociétés comme Klarna exploitent déjà en Allemagne, Pays-Bas, Italie, Autriche, Suède… les virements instantanés depuis quelques années pour régler des achats sur internet. Aux Pays Bas par exemple, impossible d’échapper à iDEAL car presque tous les paiements en ligne et remboursements entres amis se font via ce système de transfert de fonds instantané.