freebank

Free : Xavier Niel va t’il lancer sa néobanque ?

Presque tous les sites d’actualité tech et financières ont publié des articles indiquant que Free allait lancer une banque en ligne. Elle s’appellerait FreeBank et serait pilotée par une société nommée « Iliad 78 ».

Après Kard, Xavier Niel va t’il investir dans une néo-banque pour faire concurrence à Orange Bank ?

BIC : les sources de la rumeur

La rumeur du lancement par Free d’une banque a débuté avec l’apparition d’un code BIC « ILIAFRP1XXX » auprès des chambres de compensation.

Pour les plus anciens d’entre nous, le BIC c’est au mieux un magnifique stylo 4 couleurs. Pour les autres, un BIC est synonyme de banque, de néo-banque ou de fintech. Dans les faits ce n’est pas vrai, enfin pour les banques parce que pour le stylo bref passons…

Free s’est activé, le 07 octobre 2019 auprès des chambres comme émetteur et destinataire de flux SEPA pour les ordres SCT (virement), SCT INST (virement instantané) et SDD (prélèvement).

En réalité, il n’est pas rare de voir des sociétés commerciales obtenir leur propre BIC. Cela est très pratique pour les relations internationales. Du coup, si nous allons dans le sens de la rumeur, nous devons donc nous attendre à l’arrivée de EDF Bank (BIC EDFGFRPP), GDF Bank (BIC GSZGFRPP). Préparez-vous à la Banque Yves Rocher (BIC YROCFRPP), la banque qui vous tient au parfum. Vous pouvez vérifier, tous ces BIC existent !!

Au final, le code BIC (Bank Identifier Code) se nomme aussi SWIFT (Society for worldwide Interbank Financial Telecommunication). Ce code sert à identifier un établissement qu’il soit financier au non.

Clarifions un peu tout cela

Nous consacrerons ultérieurement une série d’articles à SEPA pour vous permettre de mieux comprendre ce système de paiement. Mais ici nous allons simplifier afin de rester digeste et surtout accessible.

Comme vous le savez, il y a des chambres, qui servent à changer les ordres (virements, prélèvements, lettrages…). Donc chaque membre doit s’affilier à plusieurs chambres afin d’être tant joignable au niveau national qu’international.

Il existe 2 casquettes auprès des chambres. Soit on est en premier rang, en gros chef de file, soit on est en second rang, c’est-à-dire qu’on est rattaché à un chef de file.

Dans le cas de Free, on voit que comme les autres BIC cités, ils sont « participant indirect », cela veut donc dire qu’il faudra passer par une autre banque, visiblement la BNP, pour atteindre « Illiad 78 ».

Cette dépendance, n’est pas dans l’ADN de Free. Quand ils peuvent, ils suppriment les intermédiaires pour faire à leur sauce les choses.

L’agrément obtenu

Un autre point qui vient éteindre la rumeur d’une banque, c’est de détail de l’agrément porté par le CIB 11758, à savoir Iliad 78. Rien ne tourne autour du compte bancaire. L’agrément est dépourvu de la possibilité de faire des retraits d’espèces, de traiter des opérations cartes / virements ou encore d’émettre des instruments de paiement comme une carte bancaire.

Les points cités sont à minima ceux qu’un établissement de paiement doit demander afin de pouvoir proposer un service de compte bancaire aussi basique soit-il.

L’agrément en cours porte des services comme l’initiation de paiement et l’information sur les comptes. Ces 2 activités permettent d’autoriser l’établissement à se connecter directement sur votre compte bancaire et ainsi effectuer des virements vers un bénéficiaire enregistré, ou à défaut, en enregistrer un.

Ils ont également les activités d’exécution de prélèvements / virements. Ce qui autorise les CIB/BIC à initier des prélèvements vers des comptes tiers. Là encore, l’activité de prélèvements n’est pas une prestation associée à des structures se dirigeant vers de la néo-banque à destination du grand public par exemple.

Une société comme OLINDA (Qonto) va avoir dans ses activités le prélèvement. Cela est lié au fait qu’elle s’adresse à des professionnels qui peuvent faire des prélèvements vers les comptes de leurs clients. Cela sera couplé à d’autres activités non détenues par Iliad 78 comme l’émission des outils de paiements.

L’intérêt de cet agrément pour Iliad

Les signes sont clairs. L’agrément n’est pas celui d’un nouvel acteur sur le marché. Il est encore moins celui d’un acteur qui viendrait concurrencer Orange Bank. Etablissement qui, rappelons-le, a une licence d’établissement de crédit et non de simple établissement de paiement.

Porter l’activité PISP (Payment Initiation Service Provider) et AISP (Account Information Service Provider) laisse imaginer que Free va peut-être remplacer le prélèvement traditionnel par du virement. Avec ces 2 agréments, Free pourrait donc se connecter à votre compte et faire un virement vers leur compte.

Pour rappel, un prélèvement est un ordre initié par un créancier comme Free. Lorsqu’il lance l’ordre, il est facturé par sa banque (en moyenne 20cts) pour débiter votre compte bancaire d’un montant donné et à une date précise. Votre banque réceptionne l’ordre, et à la date d’exécution, elle doit transférer les fonds à Free.

Le prélèvement peut être rejeté pour différents motifs comme absence de provision, pas d’ordre de payer, mandat clôturé/révoqué. Dans ce cas, Free devra payer des pénalités à sa banque en plus du coût initial.

C’est un premier problème que Free doit gérer. Il y en a un second également, c’est le rejet d’un prélèvement après règlement. Le tiré (c’est-à-dire vous), disposez d’un droit de répudier les prélèvements durant 8 semaines à minima. Le délai est porté à 13 mois si vous n’avez pas signé en bonne et due forme un mandat SEPA.

Pour régulariser un impayé, Free vous propose de régler par carte. Cela occasionne des coûts plus importants qu’un simplement prélèvement pour eux, mais donne l’avantage d’être payé de manière fiable.

Ce rappel fait, les 2 agréments semblent montrer que Free va se diriger vers de l’initiation de virement au lieu de faire du prélèvement. Un tel fonctionnement règle le coût des frais de prélèvement, les frais relatifs aux impayés, et surtout rend impossible la révocation de l’ordre. Free ne risque donc pas d’impayé.

Il sera également possible à Free de proposer une régularisation immédiate par l’initiation d’un virement, si un prélèvement est revenu impayé. Nous doutons que Free ne proposerait que l’initiation de virement comme unique solution de paiement. Il semblerait logique qu’ils laissent le prélèvement, mais peut être moyennant un dépôt de garantie en contrepartie.

Le nom supposé de cette néobanque

Freebank serait le nom supposé de cette nouvelle néo-banque prête à voir le jour. Nous l’avons déjà écrit dans l’article consacré au FGDR mais nous allons nous répéter. L’usage du mot « banque » ou « bank » dans une marque commerciale nécessite un agrément d’établissement de crédit. Ryad Boulanouar et Hugues Le Bret s’en souviennent, Compte Nickel devait s’appeler NO BANK

Conclusion

L’agrément que porte aujourd’hui « Iliad 78 » est axé sur la possibilité de se connecter à votre compte pour lancer un virement. C’est ce que proposent aujourd’hui Max, Bankin, Linxo… et plus récemment Kosmos.

Ils profiteraient donc de la DSP2 afin de revoir leur fonctionnement pour le règlement des factures. C’est l’hypothèse qui nous semble la plus logique. Elle permet de régler les incidents de paiements, et réduire les coûts.

L’hypothèse de créer une banque est totalement exclue pour nous, car tous les signes sont contraires à cette possibilité.

Si Free met en place l’initiation de virement, cela permettra en plus à Free d’obtenir des informations comme les coordonnées du détenteur du compte, l’adresse postale… et ainsi s’assurer que le payeur est bien son client et que les données correspondent.

Les impayés pour des sociétés comme Free, y compris Free Mobile qui ne passe pas les clients dans le fichier Preventel, doit représenter une perte non négligeable sur le volume. Il semble cohérent qu’ils réfléchissent à exploiter la DSP2 afin de réduire ce poste de pertes.