La location de véhicules avec une carte de crédit ou de débit

Les vacances arrivent. Vous allez commencer à voir fleurir les recommandations des banques concernant le type de carte à prendre avec vous lors de vos déplacements. Souvent lors des périodes estivales, vous aurez recours à la location de véhicules , de matériel et autres.

Nous avons déjà évoqué les différents niveaux de cartes. Dans cet article, nous allons nous intéresser surtout à un cas d’usage : la location d’un véhicule.

Où trouver le niveau de votre carte bancaire ?

Depuis le 9 juin 2016, toutes les cartes émises en Europe portent obligatoirement la mention « DEBIT », « CREDIT », « COMMERCIAL » ou « PREPAID ».

En général cette information figure sur l’avant de votre carte, souvent en dessous des chiffres de la carte. Certaines banques ont préférée une écriture transversale, à proximité de la bordure de votre carte. Les Fintech ou American Express c’est parfois au dos de la carte que l’information va s’y trouver. Amex c’est au dessus de la piste magnétique, dans le coin supérieur droit. Certaines Fintech ont retenues l’écriture directement dans l’hologramme. On vous laisse découvrir où Revolut a indiqué la mention « PREPAID ». On vous aide un peu, c’est au dos de la carte en tout petit.

DEBIT ou CREDIT pour louer une voiture ?

Vous n’avez pas le temps de lire les conditions générales et toutes les situations d’exclusions permettant d’utiliser une carte « DEBIT »?  Alors munissez-vous d’une carte « CREDIT » pour les locations. Vous allez vous éviter des pertes de temps inutiles avec des loueurs. Parfois, la nécessité de détenir une carte « CREDIT » est clairement indiquée dans les conditions générales de la société.

En France, certains loueurs acceptent les cartes de « DEBIT ». Mais certaines sont souvent dans la liste des exclusions, par exemple, tout ce qui est associé à de l’autorisation systématique avec contrôle de solde. Les loueurs savent qu’en France, les cartes de « DEBIT » délivrées par les banques traditionnelles ne retiennent pas sur votre compte le montant de la caution, ils acceptent donc cette catégorie de carte.

En dehors de l’hexagone, et même en restant en Europe, vous aurez beaucoup de mal à faire accepter votre carte dans de nombreux pays si elle ne porte pas la mention « CREDIT ».

Pourquoi demander des cartes CREDIT ?

Un petit rappel rapide : lorsque vous réglez par carte, le commerçant n’a jamais l’argent immédiatement, et vous n’êtes jamais débité réellement sur votre compte. Lorsque le terminal de paiement indique « Paiement Accepté », le commerçant détient un titre de créance, il doit donc réclamer ensuite cet argent. Ce n’est qu’à ce moment, que vous êtes réellement débité et lui crédité. En général, les commerçants font cette seconde étape à J+1 ouvré.

On vous invite à lire l’article sur l’argument du temps réel, vous comprendrez qu’une Fintech ne fait que bloquer l’argent, ce n’est pas un débit réel.

Cette seconde étape du paiement (la demande de règlement) doit s’effectuer normalement dans les 7 jours si la carte est en « DEBIT » et elle peut aller jusqu’à 45 jours si la carte est en « CREDIT ». Les règles des réseaux sont ainsi définies, partout dans le monde.

Si votre carte est en « DEBIT » et si le commerçant effectue la demande de compensation 10 jours après votre paiement, il peut alors s’exposer à un rejet de règlement au motif « présentation tardive ». Il en sera de sa poche, à moins de vous connaître et vous inviter à revenir faire un nouveau paiement.

Les Fintech relâchent les séquestres en général 7 à 10 jours après votre paiement, car si les fonds ne sont pas réclamés, elles considèrent que le commerçant ne le fera plus après. Il n’y a donc pas d’intérêt à attendre plus de 8 jours pour relâcher une transaction.

Il est très rare qu’une banque utilise le rejet pour présentation tardive, mais techniquement cela est possible, donc les loueurs restent réservés quant au type « DEBIT » sur les cartes.

Comment fonctionne le système de caution ?

Le montant moyen d’une caution est souvent de 1000/1500€ pour un véhicule de tourisme. Il est nettement inférieur pour des véhicules légers alors qu’il monte en flèche pour des berlines. La caution va servir pour couvrir les sinistres constatés sur le véhicule. Le loueur pourra donc utiliser tout ou partie de cette somme afin de vous débiter en cas de dommage(s).

Il effectue une demande de pré-autorisation auprès de votre banque qui sera lié au montant convenu. Vous obtiendrez alors un ticket de paiement sur lequel sera rappelé les informations relatives à ce dossier.

Une fois le numéro de dossier obtenu, il pourra clôturer la pré-autorisation (car pas de débit nécessaire), effectuer un débit partiel ou total s’il y a un sinistre ou des pénalités à percevoir pour la location.

Lorsque le loueur, ou l’hôtelier ferme le dossier de pré-autorisation, il vous remet un ticket d’abandon sur lequel est rappelé le montant de l’autorisation initiale, mais également la mention « CLÔTURE PRE-AUTORISATION ». S’il a débité une partie de l’autorisation, vous aurez un nouveau ticket faisant apparaître le montant débité. Votre carte n’est plus nécessaire pour débiter partiellement, totalement ou annuler le dossier.

Que faire lorsque le loueur refuse une carte « DEBIT » ou la pré-autorisation est refusée ?

Si le loueur veut impérativement une carte avec la mention « CREDIT », la seule solution sera de gérer la caution en espèces avec ce dernier. Les loueurs ont des procédures pour gérer les cautions en cash, ce liquide vous sera rendu lors de la restitution du véhicule.

Si c’est la pré-autorisation qui est refusée (en DEBIT comme en CREDIT), il faudra vous rapprocher de votre banque. Cette dernière pourra vous indiquer si c’est un problème de plafond ou autre.

Notez que certaines banques en « DEBIT » imposent que le montant de la caution soit disponible sur le compte, à défaut, elles répondent de manière négative à la demande du loueur. Ce comportement (disposer des fonds) est obligatoire dans les Fintech qui effectueront un gel de ces fonds à l’issue de l’autorisation, pendant plusieurs jours.
Comment obtenir une carte avec la mention « CREDIT » ?

On vous invite à lire l’article sur le fonctionnement des cartes de crédit afin de mieux appréhender le fonctionnement de ces cartes et vous familiariser avec les versions disponibles en France.

La première méthode pour obtenir une carte avec cette mention, c’est de demander à votre banque. Elle peut soit vous proposer une carte en débit différé, elle aura alors la mention « CREDIT », ou alors une carte associée à un crédit renouvelable (ex Facelia/Teoz chez BPCE) permettra d’être estampillé « CREDIT ».

C’est clairement cette première méthode qu’on vous recommande et idéalement la carte avec débit différé.

Une autre solution consiste à s’adresser à des organismes comme Sofinco, Cetelem, Oney, Banque Casino, Carrefour Banque, Carte Zéro,… qui vous permettront de solliciter une carte « CREDIT » mais aussi un niveau de type « Gold/Premier » pour votre carte. Souvent ces cartes-là sont proposées à des tarifs nettement inférieurs aux banques, par exemple 40€/an pour la Mastercard Gold de chez Cetelem, 55€/an pour la Carrefour Banque, 54€/an pour Banque Casino. Mais la gratuité existe et est possible chez Sofinco pour la Visa Classique et la Premier de même chez Carte Zéro (Advanzia) pour la Gold Mastercard.

Si vous devez avoir recours à une carte auprès d’un tel organisme, on vous recommande de déposer une demande chez Sofinco : Votre encours de crédit n’est débité que des paiements finalisés, les autorisations et pré-autorisations ne touchent pas votre ligne de crédit.

Une dernière solution, c’est de déposer une demande pour une American Express. Les dossiers étant traités humainement, les équipes d’American Express France sont très souples quant aux conditions d’octrois. A cela s’ajoute que la gratuité est négociable, soit via parrainage, soit via une offre publique.

Côté Fintech, on ne trouve qu’un seul acteur qui a pris en charge cette problématique afin d’y apporter une réponse. Une fois de plus, c’est bunq qui est précurseur dans ce domaine. Ils proposent ainsi la seule carte « CREDIT » sans condition de ressources / revenus ou contrôle de score. La carte est disponible sans frais supplémentaires chez bunq, il vous faudra cependant être membre Premium, une adhésion à 7,99€/mois.

Est-ce possible de tricher ou mentir sur le niveau de la carte ?

L’information « DEBIT » ou « CREDIT » est imprimée sur votre carte, mais elle est également programmée dans la puce de votre carte bancaire.
Dans la mémoire de la puce, il y a un codage pour indiquer quel est le type de la carte :

  • 01 : DEBIT
  • 02 : CREDIT
  • 03 : COMMERCIAL
  • 04 : PREPAID

Donc le logiciel du loueur peut vérifier cela une fois la carte insérée, mais pas seulement. Une base internationale existe pour identifier les cartes à l’aide des 6 ou 9 premiers chiffres, on parle de BIN/IIN. C’est majoritairement ce dispositif qui est exploité afin de détecter le niveau de votre carte. Gratter la mention ou recouvrir votre carte d’un autocollant ne vous permettra pas de tromper le loueur.

Y a t’il un lien entre le niveau de la carte et les assurances pour la location ?

Absolument aucun, en fait vous pouvez avoir une carte sans assurance marquée « CREDIT » et une très haut de gamme marquée « DEBIT » avec un panel d’assurances très étoffé. Le niveau de la carte n’est donc pas lié aux assurances qu’elle peut proposer.

Est-il possible d’utiliser une carte DEBIT et une CREDIT pour une même location ?

Certaines Fintech comme Compte Nickel, Max, N26 proposent un panel d’assurances liées à la location de véhicules. Il est tentant de faire la caution sur une carte « CREDIT » et régler la location (surtout en devises) avec une carte « DEBIT ».

On vous le dit très sincèrement, même si le loueur accepte, ou qu’il n’a pas fait attention car vous avez payé en ligne la location déjà avec une carte Max par exemple, vous jouez avec le feu.

Si un sinistre survient, les loueurs utilisent la carte ayant servie à la caution. C’est donc elle qui portera le risque. Avec un sinistre matériel, l’assureur va vous demander des éléments complémentaires. Il comprendra rapidement, que c’est une autre carte qui a payé la location et il vous opposera un refus de prise en charge. Si vous pensez pouvoir faire payer à l’assureur de la carte « DEBIT » le sinistre et qu’il rembourse ce qui fût débité de la carte « CREDIT », c’est compliqué, pour ne pas dire impossible.

Même lorsqu’il y a la mention « payé partiellement », les assureurs ne dissocient pas la caution de la location. Par partiellement, ils entendent plus généralement les majorations réglées en plus comme le carburant par exemple.

Si dans votre sinistre il y a du corporel, alors ce sera pire, car une enquête sera faite.

On ne vous recommande pas de jouer avec ça. Payez la location et faites la caution avec la même carte. Ne vous compliquez pas la vie. En cas de sinistre, les assureurs savent très bien gérer ces situations. Ils sont chevronnés sur les tentatives de certains loueurs pour vous faire porter des sinistres d’une précédente location.

Afin de ne pas laisser penser qu’on vous aide à faire une fraude à l’assurance, on ne vous détaillera pas les mesures de contrôles et les mécanismes des assureurs pour vérifier le sinistre et la méthode de règlement.

Sachez juste que le nombre de clients qui se voit opposé des refus n’est pas négligeable.

Dernier conseil, assurez-vous que la location est effectuée au même nom et prénom que le titulaire de la carte bancaire. N’utilisez pas la carte d’un ami sur place pour régler la caution par exemple. C’est un cas fréquent, surtout chez les jeunes conducteurs qui sont tentés de payer la location et la caution mais font le dossier au nom de quelqu’un ayant plus de 5 ans de permis.

Pareil n’utilisez pas de surnom, ou un autre prénom que celui d’usage auprès de votre banque et qui est imprimé ou embossé sur la carte.

Pourquoi certaines cartes « DEBIT » intègrent des assurances si elles sont difficilement utilisables ?

C’est le principe des « 5C ». Vous ne connaissez pas ? C’est tout simplement une réponse courte pour dire « C’est Con, mais C’est Comme Ça ». Cela reste un non sens, surtout que faire du « CREDIT » est possible même pour les néobanques. bunq l’a démontré et avant eux c’était Fidor en Allemagne qui prouvait que c’était possible.

Les acteurs Français comme Max ou Compte Nickel ne semblent pas vouloir se saisir de cette problématique, alors que les suggestions furent remontées comme à bunq pour faire du « CREDIT » sur leurs cartes.

Quelles recommandations pour être tranquille ?

En monétique on applique souvent un principe « KISS », c’est à dire « Keep It Simple, Stupid », on parle souvent en raccourci pour commenter des situations. On pourrait traduire de manière non littérale par « rester simple et aller à l’essentiel ».

Sur ce principe directeur, on vous répond :

  • demandez à votre banque une carte Gold/Premier en Débit Différé. Même si ce n’est que temporaire pour les vacances, faites la demande, les banques sont plutôt favorables pour l’octroi.
  • Si vous avez un rejet, ou que votre établissement n’en propose pas, regardez du côté des organismes de crédit cités plus haut.
  • Ne vous compliquez pas la vie à jongler. Gardez à l’esprit qu’un sinistre peut rapidement chiffrer, et s’il y a du corporel c’est pire.
  • Si vous avez une carte de type Premier / Gold ou supérieure en « CREDIT », assurez-vous d’avoir un plafond d’au moins 3000€ pour faire face au montant moyen des cautions.
  • Vérifiez le contrat de votre assureur carte. Certains appliquent des restrictions par catégories de véhicules.
    Rares sont ceux qui couvrent les grands utilitaires.  C’est souvent ainsi que sont catégorisés les minibus de 9 places chez les loueurs (utiles pour les déplacements en groupe).
  • N’hésitez pas à retirer les assurances Dommages/Vol du véhicule, mais aussi Invalidité/Décès si votre carte vous couvre déjà pour ces garanties.
  • La Responsabilité Civile Auto (SLI/LIA) à l’étranger est fortement conseillée. Là encore , seules quelques cartes couvrent ce risque. Ne la supprimez pas chez le loueur.

Pour conclure, passez de bonnes vacances !