cashback

Le cashback selon Max et Poulpeo

Dans un article antérieur, nous avions détaillé le fonctionnement réel du cashback et les offres possibles. Aujourd’hui, nous abordons la future offre de cashback chez Max et celle déjà active chez poulpeo. Suite à différents messages postés sur des forums ou sur twitter, nous avons reçu plusieurs questions pour en comprendre le fonctionnement.

Cashback lors d’un paiement en ligne

Pour les paiements réalisés à distance, Max utilise le partenaire de Mastercard France, à savoir Plebicom. C’est cette société qui se cache derrière le site « specialsfr.priceless.com ». Pour résumer, vous devez activer l’offre, puis effectuer la commande chez le partenaire en suivant le parcours indiqué. Cela fonctionne donc sur le principe de l’affiliation, et vous touchez la prime promise après quelques temps.

Il faut donc suivre scrupuleusement le parcours, et éviter des outils comme les bloqueurs de contenus. L’usage d’un tel dispositif empêche le suivi et sera un obstacle pour la validation de votre gain. Dès que votre règlement est effectué, vous avez une indication que le reversement est en attente de validation. C’est au commerçant de valider sous quelques jours ou semaines l’opération afin que vous puissiez débloquer votre cashback.

Plebicom va donc proposer en marque blanche ses services à Max. Il faudra attendre la sortie de l’offre afin de savoir si le cashback « Premium » sera disponible. Plebicom réserve ce niveau aux cartes Gold et supérieures émises sur le réseau Mastercard.

Vous pouvez retrouver le fonctionnement détaillé sur le cashback « en ligne » via l’article que nous avons publié il y a quelques semaines.

Cashback en boutique

En magasin, et par choix de Mastercard, Plebicom n’a pas généralisé un tel fonctionnement. Max, comme Poulpeo, fait donc appel à Paylead pour proposer le cashback pour les transactions dans les commerces physiques. Mastercard interdit le traçage des transactions sur les réseaux. Il est donc impossible pour un tiers comme Paylead de suivre les opérations effectuées avec votre carte Mastercard.

L’accès à vos données bancaires

Pour contourner cette protection, Paylead va donc devoir obtenir un accès à vos comptes bancaires et aux mouvements qui passent sur ce dernier. Max va donc apporter ces informations à Paylead. Celle-ci pourra à son tour analyser les comptes que vous avez agrégés dans Max. En proposant le cashback, Max vous incite donc fortement à fournir vos identifiants bancaires. Chacun est libre à de le faire ou pas, après avoir pris le temps de lire ou de relire notre article sur l’agrégation. Nous nous contenterons ici de rappeler que ces informations sont personnelles et confidentielles.

Toutes les banques s’efforcent de limiter l’accès aux données par les collaborateurs du groupe. Une agence B n’aura pas d’accès aux informations des clients d’une agence A au sein de la même banque. Tout est fait pour la confidentialité de vos données. Fournir les données d’accès à votre compte, revient à anéantir toutes les limitations et restrictions que s’impose votre banque pour vous garantir le droit à votre vie privée et garantir le secret bancaire.

Paylead : Un reversement lié à l’analyse de vos transactions

Paylead, avec l’accès à vos mouvements, va donc tenter de trouver les commerçants partenaires et reverser le cashback. Si cela n’est pas automatique, il faudra signaler l’absence de reversement afin que le mouvement soit analysé et le reversement débloqué.

Plebicom ne demande aucun accès à vos comptes. Même sur les rares offres boutique, cela se limite à la transmission de la facture. C’est donc le même modèle que Shopmium, Coupon Network… vous transmettez le ticket de caisse pour avoir le remboursement.

Max a donc retenu Paylead pour cette capacité à analyser vos comptes et l’ensemble de vos transactions. Le système d’analyse des comptes, en plus d’être intrusif n’est clairement pas fiable. Plusieurs banques, lors de virements entre 2 tiers au sein du même code guichet ne précèdent pas le libellé par « VIR » mais indiquent directement le libellé du virement. Par conséquent, en copiant un libellé carte et en l’adaptant, vous simulez un paiement carte, alors que ce sera un virement impossible à détecter. Ce fonctionnement est normal car il correspond à des avis d’opérés.

L’intérêt pour le commerçant de payer une régie

De nombreuses sociétés gravitent dans le monde des régies afin de ramener des consommateurs chez les commerçants.

Cela peut se passer via des publicités de remarketing. C’est-à-dire savoir ce que vous avez vu sur un site où elles sont présentes, et vous afficher des publicités en rapport avec les produits en question. D’autres proposent de ramener le client contre une promesse d’argent versé au consommateur par le commerçant.

Paylead ne s’en cache pas. La société annonce clairement que son fonctionnement réside dans l’analyse de la donnée bancaire. Le but est clairement de développer une connaissance puissante des consommateurs. Pour cela, ils récupèrent les données que Max va fournir. Informations que Max a obtenu en agrégeant vos comptes. Payled va donc vous analyser et grâce à vos mouvements pouvoir connaître votre comportement et vos habitudes.

Une fois votre profil ciblé, les commerçants vont pouvoir commander des campagnes auprès de Paylead. Paylead pourra donc proposer à Max de diffuser l’offre à certains profils concernés et ainsi rémunérer Max pour cette diffusion.

L’intérêt pour le commerçant est donc de pouvoir faire une offre pour attirer les consommateurs de son concurrent dans ses magasins. Il pourra aussi chercher à vous motiver de venir de manière régulière et non épisodique. Le commerçant n’a pas connaissance de vos informations (nom et prénom), mais il a connaissance de votre profil (zone de résidence, situation sociale, situation familiale, habitudes, comportements…), car il achète ce ciblage.

Donc même s’il est promis la sécurité des données, il est question de la méthode de stockage et non de l’absence d’exploitation de ces dernières. Les commerçants ont ainsi des rapports des campagnes avec les profils qu’ils ont ciblés lesquels ont suivis la campagne et sont allés jusqu’à la finalité de l’opération. Votre profil est un identifiant unique qui pourra alors être affiné et ciblé de plus en plus.

Plebicom c’est différent, il n’y a pas d’analyse de vos comptes. Le système repose uniquement sur l’affiliation. Le commerçant propose donc une offre à Plebicom qui s’occupe de la diffusion. Ce sera donc à vous de consulter les offres possibles sur le site, l’activer et suivre le parcours pour toucher le cashback.

Il arrive cependant, que la vente ne remonte pas car un système comme Adblock ou les paramètres de sécurité du navigateur ont empêché le cookie d’être placé dans ce dernier.

Le système reste donc moins intrusif et se limite à lister les offres qui sont disponibles comme vous le voyez sur « specialsfr.priceless.com ».

Avoir du cashback à tout prix

Si vraiment vous souhaitez avoir du cashback avec un système d’analyse de vos mouvements, nous vous conseillons d’ouvrir un compte chez Boursorama ou Hello bank! qui n’imposent ou ne facturent aucun frais d’inactivité. Vous pouvez aussi tout simplement effectuer un virement vers votre compte Max.

Vous alimentez le compte de votre achat, et vous faites votre opération. La société n’aura aucun mouvement de vos autres comptes. Vous respectez ainsi votre droit à la vie privée, et vous empêchez une société de pouvoir dresser un profil vous concernant.

La donnée bancaire est une mine d’or. Les banques le savent, et le régulateur en est conscient. Si ces dernières n’en font pas l’exploit, c’est pour préserver le secret bancaire et votre vie privée.

En 2019, l’homologue de la CNIL aux Pays-Bas a contraint ING et ABN AMRO à cesser l’exploitation des données de leurs clients. Les 2 leaders dans le pays ont immédiatement cessé le projet sur une simple lettre envoyée à l’autorité bancaire.

Le projet était pourtant très léger, il visait uniquement à analyser les mouvements des clients pour proposer des produits de la banque. Il n’était même pas question de suggérer des prestataires externes qui auraient commandés une campagne marketing ciblée pour l’énergie ou les télécommunications.

L’équivalent néerlandais de l’ACPR n’a pas interdit cette pratique, mais il confirme que ce fonctionnement n’est visiblement pas compatible avec l’application du RGPD.

La CNIL est moins fermée à ce traitement. Toutefois, elle rappelle que le client doit avoir le droit de s’opposer à l’analyse de ses données et au traitement. Cette position de la CNIL concerne la proposition de services internes à la banque comme de l’épargne, de l’assurance vie, de l’assurance… aucun produit externe donc à la banque.

Les banques européennes sont donc prudentes sur ces comportements car elles mettent en jeu leur crédibilité. Les données des clients sont donc protégées. Le respect de la vie privée est une réalité et non une simple promesse de sécurité.

Nos conseils :

  • Préservez votre vie privée. Il est plus simple de s’inscrire à des services que d’en faire supprimer ses données. Vous le voyez aisément avec les SPAMS qui parviennent à vous inonder de messages avec des informations comme votre nom et prénom alors que vous ne connaissez pas la société qui vous contacte.
  • Utilisez un compte « poubelle » pour ces usages, et n’effectuez aucun mouvement personnel dessus autre que celui attendu.
  • Profitez de la gratuité de certaines BEL sans aucune condition d’usage pour garantir votre vie privée et votre confidentialité.

Conclusion

Le cashback tel qu’il va être proposé par Max n’est donc pas à confondre avec celui de Revolut. La néobanque anglaise propose 0.10% pour les paiements en Europe et 1% pour ceux effectués hors Europe pour ses clients METAL

Dans le cas de Revolut, il n’y a aucune exploitation des données. C’est un modèle l’américaine, c’est-à-dire un proportionnel de votre paiement et cela quelque soit le commerçant.

Curve propose également du cashback. Le système chez Curve est simple, il repose sur le fait que vous effectuiez une opération chez un partenaire. Vous touchez votre cashback sans aucune analyse des données par Curve ou son partenaire. Pour ne rien analyser, Curve se limite à regarder que le numéro du commerçant correspond à son listing et valide le cashback. Cela s’effectue au moment de l’autorisation tout simplement.

Gardez à l’esprit qu’aucun des acteurs intervenant dans la chaîne ne travaille gratuitement. Régie comme partenaires sont rémunérés. Le but est donc de pouvoir garantir au commerçant un ciblage très précis pour que le commerçant paye le plus possible pour sa campagne.

Utilisez un moteur de recherche pour comparer les tarifs, regardez des applications comme Dealabs qui proposent les bons plans. Il n’est pas rare de voir que le prix de vente d’un produit est plus élevé lorsqu’il y a un cashback quand on compare avec une offre sans cashback, surtout dans le domaine du tourisme et du loisir.

De nombreuses organisation militent pour la vie privée, et la confidentialité. C’est à la dire la non exploitation commerciale de vos données. La défense des droits et des libertés des citoyens est un combat que ces dernières mènent quotidiennement.

Ne vendez jamais votre vie privée pour quelques euros ou pire quelques centimes. Limitez les informations que vous transmettez. Vous avez le droit au principe de minimisation de la données (Article 5.1.c du RGPD), c’est-à-dire à en donner le strict nécessaire et rien de plus.