ma french bank

Ma French Bank, ça passe ou ça casse !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les retours d’expériences sur Ma French Bank sont très contrastés. D’un côté des utilisateurs se montrent satisfaits, de l’autre des déceptions. De notre côté, l’expérience est plutôt satisfaisante. Nous vous proposons de revenir sur nos impressions.

L’ouverture du compte bancaire Ma French Bank

L’ouverture du compte peut s’effectuer soit auprès d’un guichet de La Poste, soit à distance. Nous avons retenu l’ouverture à distance qui permet un versement initial de 50€ minimum par carte ou virement.

Nous avons préféré le versement par carte, après un refus lié à l’utilisation d’une carte virtuelle émise par une banque française. Nous avons pu finir l’inscription en utilisant directement les 16 chiffres de notre véritable carte.

Ma French Bank refuse les cartes virtuelles, mais également toutes les cartes étrangères et celles de Fintech.
On avoue ne pas comprendre pourquoi refuser une Virtualis, eCB ou P@yweb qui sont des outils visant à protéger les clients des risques d’utiliser leurs numéros sur internet.

Il faut suivre les différentes étapes. En respectant les indications et en ne se hâtant pas, on finalise aisément le processus jusqu’à l’association d’un mobile.

Impossible d’ignorer les retours des personnes ayant décidé d’utiliser le virement pour le premier versement.
Les critiques portent sur l’absence de suivi ou l’obtention d’identifiants permettant de suivre l’évolution. Les retours négatifs sont compréhensibles dans la mesure où les nouveaux acteurs proposent un suivi en ligne.

Le compte n’est pas activé immédiatement même lorsque vous obtenez immédiatement les identifiants avec un versement par carte. Comptez entre 24 et 48h ouvrées afin qu’il le soit. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’un mail vous informera que votre commande de carte est en cours. Dans l’intervalle aucune opération n’est possible avec l’argent versé initialement.

Toujours à notre niveau, nous avons obtenu le message dans les 24h. Cependant, nous avons découvert que certaines personnes se sont vues refuser l’ouverture après que le versement du dépôt initial fût accepté.

La méthode est pour le moins cavalière. D’autant que là encore, les autres banques en ligne donnent l’accord immédiatement. En cas de refus d’ouverture, le dépôt initial n’est pas demandé ou débité dans le cas de Fortuneo, Monabanq. Nous ne pouvons que comprendre la frustration de certains ayant effectué un versement pour finalement être recalé et leur versement initial débité. D’autant que les remboursements semblent tarder à être effectués.

Comme nous le précisions, notre entrée en relation fût satisfaisante. Par contrainte réglementaire, le processus est plus lourd que du N26 ou Revolut, dans la mesure où MFB n’est pas un compte de paiement, mais bien un compte bancaire.

3 jours après le mail, arrivé tard dans la soirée, la carte nous est parvenue. Son activation finalise ainsi la procédure d’ouverture du compte bancaire auprès de Ma French Bank.

L’acceptation des clients fichés

La position de Ma French Bank quant à l’acceptation des clients en situation de fichage FICP/FCC reste très floue. Bien que commercialement il est indiqué qu’ils n’ont pas d’objection à accepter l’entrée en relation, les témoignages laissent penser le contraire. Il nous est donc impossible de vous garantir que votre demande d’ouverte recevra une réponse positive. Chez N26, Max, Revolut, Nickel, Moneway cette situation de fichage ne posera aucun problème.

L’esthétique de la carte Visa Ma French Bank

La qualité de la carte est dans la moyenne basse. On retrouve le niveau de finition d’une carte Orange Bank. Nous sommes loin de la qualité qu’on peut trouver dans les banques classiques ou chez des acteurs comme Max, Moneway, Nickel ou bunq. Le plastique est donc bien moins robuste que celui des acteurs cités.

La carte n’est pas embossée mais cela n’est nullement un reproche. Comme nous l’avons déjà indiqué, l’absence d’embossage va devenir la règle dans les prochaines années. La déception porte sur la gravure des informations (numéro, expiration et identité). Le plastique étant bas de gamme, la gravure fait ressortir en relief toutes les données sur le verso de la carte bancaire. Un plastique de meilleure qualité aurait évité cela et assurerait une meilleure longévité à la carte bancaire dans un usage quotidien.

Le design n’est pas des plus originaux, mais cela reste très subjectif. On remarquera uniquement que le logo de La Banque Postale est bien présent pour rappeler l’appartenance de Ma French Bank à La Banque Postale.

La configuration technique de la carte

Côté configuration technique, la carte est compatible avec le paiement hors ligne. Toutefois, il est important de préciser que les valeurs sont positionnées sur 0. Cela indiquant que bien qu’elle soit techniquement compatible, elle ne fonctionnera pas en hors ligne dans l’immédiat.

En règle générale, lorsque le terrain est préparé sur le plan technique, cela indique que la mise en place est en étude risque plus qu’en attente technique. Les marqueurs offlines pourront ainsi être activés lors d’un simplement paiement ou retrait.

Lors de son utilisation en France, la carte pourra utiliser le réseau CB mais également VISA. Elle embarque les 2 réseaux en utilisant l’application classique de CB (421010) et non celle dédiée aux cartes punitives (422010).

Ne tournons pas autour du pot. En l’état, attendez-vous à des refus lors de son utilisation sur certains automates (parking, péages, distributeurs…) mais également dans des situations comme les transports ou lors de problèmes de connexions sur des TPE.

Les fonctionnalités de la carte dans l’application

Au niveau des fonctionnalités, la carte propose via l’application

• La gestion du blocage et déblocage de la carte
• La gestion des paiements à distance et l’international.
• Il n’est pas possible de gérer le sans contact ou les retraits.
Côté plafonds, c’est 3000€ sur 30 jours en paiements, et 1000€ sur 7 jours pour les retraits.

Nous restons dans le basique sur la gestion des fonctionnalités. Rien de transcendant et rien qui n’existe pas ailleurs.

Il vous sera impossible de choisir le code PIN à la commande, ou même après expédition de la carte.
Seule la fonctionnalité permettant de le consulter est disponible, mais cela reste moins simple que chez Revolut.

Nous sommes un peu déçus. Nous nous attendions à plus de fonctionnalités et de services autour de la carte. Finalement, Ma French Bank se contente du strict minimum et fait même l’impasse sur des fonctionnalités comme la désactivation des retraits.

L’application Ma French Bank

Nous ne comprenons pas trop le choix de Ma French Bank. Il s’agit d’ailleurs du même chez Max ou Orange Bank. L’application n’est autre qu’une application web embarquée. Il n’y a aucun développement natif garantissant ainsi une expérience plus fluide et une meilleure intégration avec l’OS de votre mobile.

L’une des premières conséquences d’un tel choix, c’est qu’en l’absence de connexion, vous ne pouvez même pas vous authentifier sur l’application pour consulter par exemple le dernier solde connu.

Le menu sandwich se montre capricieux et l’ergonomie est étrange. Par exemple, quand on clique sur le solde, présent au premier écran, on n’accède pas aux mouvements mais au détail du compte.

La différence entre les opérations terminées et en attente n’est pas explicite. Il faudra ainsi comprendre que tant qu’il n’y a pas la ligne « Date d’exécution » dans le détail de la transaction, c’est que cette dernière est toujours en attente de confirmation par le commerçant.

L’ergonomie, à laquelle on finira par s’habituer, est moins agréable que celles de Revolut ou une N26. Les informations sont un peu éparpillées partout. Il y a de multiples sections qui ramènent au même endroit.
Espérons que c’est la v1 et qu’elle aura le droit à une refonte intégrale ou par petites touches à l’instar d’Orange Bank pour arriver sur une application native et non plus une web application embarquée.

Le traitement des paiements

C’est le gros point fort de Ma French Bank qui va utiliser sa connaissance du terrain pour gérer au mieux certains paiements. Intéressons-nous aux pré-autorisations comme les pompes automatiques.

Dans la très large majorité des Fintech, lorsque vous allez à une pompe automatique (24/7) pour du carburant, l’empreinte de 100-150€ est retirée de votre solde pendant 24/48h ouvrées.

Chez Ma French Bank ils ont parfaitement intégré les cycles monétiques. Par conséquent, quand vous raccrochez le pistolet, le solde est immédiatement actualisé pour ne laisser plus que le montant réellement prélevé sur la pompe.

Si vous ne lancez pas l’application entre l’acceptation du paiement et le raccrochage du pistolet, vous n’allez jamais voir l’empreinte en négatif sur le compte. Il faudra cependant avoir un montant équivalent à l’empreinte sur le compte. Faute de quoi le paiement sera refusé, mais jusque-là, c’est normal avec ce type de cartes.

On reviendra dans un article dédié à cette gestion technique, mais sachez que les pré-autorisations sont parfaitement gérées, et on retrouve là, la maîtrise des banques traditionnelles lorsqu’elles fournissent ce type de cartes à leurs clients.

Les services autour du compte

Il est possible de créditer le compte par carte bancaire dans la limite d’un chargement par jour et 500€ maximum. Là encore, il faudra utiliser le même type de cartes que lors de l’ouverture.

D’ailleurs, le fait que ce soit une application web embarquée rend compliqué le paiement.

Dans notre test, nous avons voulu recharger 500€ avec notre carte BNP. Nous arrivons sur l’étape 3DSecure qui nécessite qu’on lance l’application BNP pour valider la transaction.

Après cette opération, en revenant sur l’application Ma French Bank la session est perdue. Nous revenons donc sur l’accueil et le rechargement n’a pas été effectué. Le passage de l’application en arrière plan explique cet abandon.
Les tests internes furent très certainement effectués avec un 3DSecure par SMS et non avec l’authentification forte qui sera obligatoire à compté de septembre 2019.

Le découvert n’est pas proposé. L’émission ou l’encaissement de chèques ne sont pas possibles

Le crédit renouvelable

Ma French Bank propose un crédit renouvelable avec un TAEG de 17% révisable. Nous sommes dans la moyenne des taux pour ces financements qui tutoient les taux d’usures en proposant du 21%. Notre demande de financement a été acceptée dans la journée. Nous avons uniquement fourni un justificatif de revenus. La demande est donc simplifiée et rapide. Le montant du crédit renouvelable dépend de votre situation mais il semble se fixer aux alentours de 1000€.

Ma Tirelire

Il s’agit d’un système d’épargne automatique après chaque paiement. 3 modes d’épargne sont disponibles. Vous choisissez :

• Soit un pourcentage du paiement (1% ↔ 20%).
• Soit un montant fixe (0.50€ ↔ 5€).
• Soit l’arrondi supérieur si le paiement dépasse 15€ (si vous réglez 26€, 4€ seront versés sur la tirelire).

Les opérations à venir et les opérations en devises

Un prévisionnel des opérations à venir est disponible. Il est accompagné d’ailleurs d’un outil de budget permettant de catégoriser les transactions. Le détail des transactions est très sympathique et précis. Vous obtenez les détails du commerçant (nom, ville et pays) mais également la date de paiement et la date de règlement.
En complément, vous retrouvez le montant en EUR et le montant dans la devise d’origine de votre paiement. Le change est assuré au travers du taux proposé par VISA. A l’instar de Mastercard, les 2 réseaux proposent un taux se positionnant dans 80% des cas devant un taux interbancaire. Le taux sera réajusté au jour de règlement. Il n’y a cependant aucune distinction si le paiement est réalisé physiquement, à distance, en sans contact.

Les virements

SEPA Inst n’est ni disponible en émission ni en réception à ce jour. N’espérez donc pas faire de virement en temps réel entre 2 banques, cela n’est pas proposé. Il est surprenant qu’un nouvel entrant se lance 2 ans après la mise à disposition de SEPA Inst et ne l’intègre pas.
Un délai de 24h est imposé entre l’ajout et l’utilisation d’un IBAN. Vous ne pourrez donc pas effectuer un virement vers un bénéficiaire immédiatement après l’avoir ajouté. Ce délai est dommageable, votre mobile ayant déjà fait l’objet d’une procédure d’authentification forte.

Vous pouvez définir la limite quantitative et financière pour vos virements. Par défaut c’est 50€ par virement et 3 par jour maximum. Il est très facile de modifier cela dans les paramètres de votre compte.

Un autre avantage, Ma French Bank propose une interface web complète, et non une version allégée. Il est ainsi possible de réaliser toutes les opérations depuis un ordinateur sans devoir utiliser systématiquement l’application. Un service que les personnes souffrant de déficience visuelle apprécieront grandement.

Conclusion

Notre premier constat après quelques jours d’utilisation fût « tout ça pour ça ». Il y a eu tellement de communications puis le lancement reporté. Le service est correct mais sans plus. Bref, ça ne casse pas 3 pattes à un canard.

Avec tout le bruit autour du lancement, nous nous attendions à quelque chose qui tranche avec les codes des banques historiques. Finalement, nous sommes face à un produit à mi-chemin entre les fintechs et les acteurs classiques.

On le redit, le produit est bien. Mais malgré une volonté de s’adresser aux jeunes, on ne retrouve pas les codes qu’utilisent Revolut, N26 ou bunq.

On sent la communication des « banquiers à l’ancienne » comme chez Max. La volonté de paraître jeune est présente chez les deux acteur mais avec un train de retard ce qui rend le message bizarre. Un peu comme certains parents qui veulent paraître brancher devant les potes de leurs enfants.

Pour 2€ par mois il n’y a aucun frais à l’étrange sur les paiements et les retraits. C’est le seul avantage que nous trouvons à Ma French Bank. Pour le reste, si vous avez l’habitude des banques traditionnelles, vous ne serez pas dépaysé.

Côté présence sur les réseaux sociaux, le Community Manager est réactif. A l’instar de l’ami Rico pour l’offre Max (rappelons qu’il est juste client), le CM de MFB s’égosille à lister tous les avantages pour 2€ dès que qu’une personne soulève l’aspect financier.

Au niveau service client par chat ou par téléphone, il faudra cependant s’armer de patience. Les équipes semblent sous l’eau pour traiter les demandes du parc client actuel. Nous avons cependant remarqué qu’en passant via l’application, puis « Contactez-nous et Appeler », il était plus rapide d’obtenir un conseiller lors d’un appel authentifié.

Les conseillers téléphoniques sont très cordiaux, investis et motivés lors des problèmes. Au vu de certains retours sur Twitter concernant les ouvertures par virement, on imagine aisément que le quotidien des appels ne doit pas être reposant. Avec une plage 8h – 22h, il est ainsi possible de joindre aisément un conseiller, cette amplitude horaire est pratique.

Pour toute ouverture de compte avant le 31 décembre 2019, les 6 premiers mois sont offerts. Nous vous invitons à tester pour découvrir le service et vous faire votre idée. Pour la clôture, il suffira de lancer une mobilité bancaire afin de ne pas être obligé d’envoyer un recommandé avec accusé de réception.

A notre niveau, sauf évolution majeure et notable, nous ne poursuivrons pas l’expérience Ma French Bank.

L’offre traditionnelle proposée par La Banque Postale accompagnée d’une VISA Realys est facturée 29.50€/an.
La carte fonctionne de la même façon que Ma French Bank mais vous avez en plus accès aux guichets de La Poste pour déposer/retirer des espèces et encaisser vos chèques. Rajoutons à cela l’accès aux livrets (A, LDD, LEP,…).

Cumulée à un service comme Max, vous n’aurez aucun frais pour les opérations en devises. Pour 5.50€/an en plus du coup, l’offre avec La Banque Postale + Max nous apparaît plus intéressante.

Ma French Bank saura trouver une niche de clients mais probablement une clientèle plus âgée que celle initialement imaginée une fois la gratuité passée. Les personnes de 18 – 29ans sont davantage adeptes de services comme N26 ou Revolut en terme de coûts, d’expérience client ou encore de design de cartes lorsqu’ils veulent opter pour une Néobanque en remplacement de leur banque traditionnelle.