Question : Pourquoi un magasin a refusé mon paiement mobile ?

Récemment, un internaute nous a demandé pourquoi Lidl avait refusé son paiement avec son Iphone mais accepté son paiement avec sa carte Curve instantanément. Ce type de question revient fréquemment lors d’un paiement refusé. Il arrive qu’une carte ne soit pas acceptée, mais qu’une autre passe. Une situation d’autant plus troublante quand ces 2 cartes sont à autorisation systématique avec une notification pour chaque paiement.

Les faits :

Le samedi 7 novembre 2020, notre interlocuteur tente de payer avec Apple Pay dans un magasin Lidl. Le paiement est immédiat refusé par le TPE. Le client tente alors de payer avec sa carte Revolut Visa. Le paiement est, une nouvelle fois, refusé juste après la saisie du code PIN. En dernier recours, notre internaute tente alors de payer avec sa carte Curve en croisant les doigts pour ne pas essuyer un 3ème refus à la caisse du magasin et devant d’autres clients de l’enseigne. La transaction est acceptée mais elle ne génère aucune notification dans l’application et elle n’apparait pas dans l’historique des transactions.

Notre analyse :

Nous avons pu récupérer les différents tickets de refus et d’acceptation auprès de cet internaute. Après analyse des tickets délivrés, et le contrôle opéré côté réseau, il apparait que le magasin a eu une autorisation de passer en « hors ligne » son parc de terminaux par suite d’un dysfonctionnement technique. Son équipement assurant le VPN entre le magasin et le groupe rencontrait un dysfonctionnement et la liaison était instable. Lidl a donc eu le feu vert pour passer l’ensemble des TPE du magasin en « offline », toutefois, le « forçage » n’a pas été autorisé.

Nous soutenir

Sans publicités et sans liens sponsorisés, notre contenu est accessible gratuitement pour tous.

Différence entre « hors ligne » et « forçage »

Pour simplifier, lorsqu’un terminal est configuré en « hors ligne » (unable to go online), il va indiquer à la carte qu’il n’est pas en mesure d’obtenir l’aval de l’émetteur de celle-ci. La carte a donc 2 possibilités de réponse. Soit elle confirme que la transaction peut se faire en « offline » car cela rentre dans ses compétences. Soit elle indique que l’émetteur est contre ce type de paiement, et elle refuse.

Si la carte a cette « compétence », alors le paiement sera accepté d’un commun accord entre le terminal de paiement électronique et la puce de votre carte bancaire. Il n’y aura donc aucun contrôle lié au solde de votre compte par exemple.

Le forçage consiste à outrepasser le refus de la carte à valider un paiement « offline ». Le refus est généralement la conséquence d’une programmation visant à interdire cela. Les émetteurs adoptent une telle position pour s’assurer que vous ne soyez jamais en débit. Ce manque de souplesse peut vous embarrasser et créer une friction.

En cas de « forçage », il faut savoir que l’émetteur de la carte a la possibilité d’invalider la demande de paiement, et donc le commerçant termine en « impayé ». Ces situations sont supervisées et peuvent déclencher une enquête afin de comprendre pourquoi le commerçant n’a pas respecté les règles et outrepassé une procédure.

Revolut et Curve

Chez LIDL, Notre client a tenté d’abord de régler via Apple Pay en utilisant Revolut. Le « offline » étant interdit sur le mobile, car moins sécurisé qu’une carte bancaire physique, le TPE a donc refusé l’opération.

Dans l’idée d’un problème sur le « sans contact », il s’est rabattu sur la carte Visa Revolut. Comme expliqué plus haut, la carte a été refusée immédiatement après la saisie du code PIN. Cette dernière étant bloquée pour le « offline », le TPE n’ayant pas outrepassé la règle, la transaction n’a pu aboutir.

Finalement, en utilisant Curve, la transaction est acceptée instantanément et le ticket confirme que cela s’est opéré en « offline ». Pour le client, la transaction n’apparait pas dans l’historique et aucune notification, cela est parfaitement normal au vu du déroulement de ce paiement.

Fortuneo Mastercard ou Boursorama Visa 1er

Que ce soit chez Fortuneo ou chez Boursorama, en payant avec un mobile (Google Pay, Apple Pay ou Samsung Pay), le paiement aurait également été refusé par le TPE.

Toutefois, avec l’usage de la carte physique, le paiement aurait été accepté immédiatement, sans même se rendre compte que le TPE n’est pas connecté. Les cartes des banques sont parées aux diverses situations pour éviter de laisser en caisse un chariot avec des denrées alimentaires par exemple.

Nous soutenir

Sans publicités et sans liens sponsorisés, notre contenu est accessible gratuitement pour tous.

Quelle solution pour ces situations ?

Côté client, le plus simple reste d’avoir une carte « normale » en sa possession et non pas exclusivement des cartes à autorisation systématique. Avec une carte traditionnelle, vous n’aurez pas ce phénomène de friction lorsqu’un incident technique se produit, et cela arrive malheureusement.

Côté commerçant, la solution reste d’avoir un TPE « mobile », c’est-à-dire connecté via le réseau GSM (Mobile). Il sert alors de solution de secours pour faire passer les cartes dites punitives. Toutefois, cela peut gêner les clients car pour 99% des clients le paiement est passé en « offline » et pour certains clients il faut un autre TPE.

Conclusion

En France, le « online » se matérialise par la présence d’un « @ » sur le ticket de transaction carte, à côté de la lettre « C ». Dans d’autres cas, comme chez McDonald’s le « @ » est remplacé par une série de chiffres tout en bas du ticket carte.

Les cartes à autorisation systématique sont avant tous des outils dédiés à une population ciblée. Qu’elle soit en incident bancaire (fichage, surendettement…), en situation précaire (minimas sociaux, sans ressources…) ou tout simplement non-maître de son budget (difficulté à dépenser moins que ce qui rentre), c’est pour ces cibles que les cartes type « punitive » ont été developpées. Avec l’émergence des FinTechs qui ne veulent prendre aucun risque avec leurs clients et avoir une ouverture de compte sur la simple base du contrôle d’identité, ce type de carte s’est généralisée.

Si vous êtes porteur d’une telle carte en principale, on vous recommande d’avoir une carte « normale » en secondaire. Les banques en ligne comme Fortuneo ou Boursorama proposent ce genre de carte gratuitement ou contre un certain nombre de transactions mensuelles.