Qonto simplifie la vie des TPE

Qonto
Qonto

La néobanque parisienne Qonto lance un outil de gestion de budget et des notes de frais pour simplifier la comptabilité des petites entreprises, en plus de son compte courant à prix cassés et sans découvert. La startup, qui a levé 12 millions d’euros, compte s’étendre en Europe dans le courant de l’année.

Quand j’ai créé ma précédente entreprise, gérer ses comptes était une énorme galère. Quand le conseiller bancaire n’est pas là et qu’il faut attendre six jours pour avoir une réponse, quand il n’y a que trois mois d’historique en ligne et qu’il faut retrouver des factures de plusieurs mois. Ces outils ne sont pas adaptés, les tarifs trop élevés et pas transparents. Tous ces points de frustration nous ont convaincu, mon associé, Steve Anavi, et moi, qu’il y avait quelque chose à faire afin de dépoussiérer la banque pour les entreprises

raconte Alexandre Prot. Après la vente de sa société Smok.io (dans la cigarette électronique, à « un leader du tabac »), huit mois de construction de l’offre et deux levées de fonds totalisant près de 12 millions d’euros (auprès d’Alven Capital et Valar Ventures, le fonds de Peter Thiel, ex-PayPal), ce fils de banquier (son père Baudoin a dirigé de longues années la BNP et a investi dans la startup) a lancé en juillet dernier un compte courant pour pros et PME 100% en ligne, sous le nom de Qonto. Ce trentenaire, diplômé de HEC et d’un MBA de l’Insead Singapour, aurait voulu l’appeler « konto », compte en espéranto, mais le nom ne peut être déposé en Allemagne.

Il y a les banques 1.0, traditionnelles, aux systèmes vieillots, les banques 2.0, en ligne, qui ne servent que les particuliers, et aujourd’hui les banques 3.0, les néobanques, elles aussi essentiellement pour les particuliers, comme Compte Nickel, N26 ou Revolut. Nous voulons être l’équivalent pour le BtoB (business to business).

Les petites entreprises sont les oubliées de la révolution digitale de la banque. Cela fait dix ans qu’un particulier peut ouvrir un compte quasiment 100% en ligne, ce n’est pas le cas pour les entreprises, qui sont mal servies

, fait valoir le cofondateur et directeur général de Qonto en sirotant un café dans un mug arborant le slogan maison, « no pain, more gain » littéralement « pas de soucis, plus de profit ».

Qonto n’est pas une banque mais une interface, un agent de l’établissement de monnaie électronique Treezor, son partenaire qui se charge de toute la partie réglementaire (Iban, exécution de paiement, vérification de l’identité du client, etc).

La suite sur : https://www.latribune.fr