Quid de la rentabilité de bunq ?

On pourrait effectivement supposer qu’avec une offre historiquement payante, bunq n’ait pas trop de soucis avec sa trésorerie. Ce n’est que depuis peu,qu’une offre gratuite, mais limitée, est disponible chez bunq. Avant cela, l’offre historique était à 1€/mois avec une Maestro uniquement.
Dans le dernier bilan publié par bunq, les comptes sont en négatif de 13.9 millions d’euros pour l’année 2019. Un bilan qui se creuse. en 2018, bunq présentait un résultat déficitaire à hauteur de 11.1 millions d’euros.
Entre les 2 années, bunq est passé en 2018 de 3.1 millions d’euros d’entrée financière via les frais de comptes à 8.6 millions en 2019. Une très forte hausse, et un excellent taux de conversion dans ce secteur où le « tout gratuit » est une attente forte des clients. Malgré cela, les comptes terminent encore davantage dans le rouge.
Pour le moment, c’est Ali Niknam, le patron de bunq qui renfloue les comptes de sa néobanque. Il a d’ailleurs indiqué qu’en cette période un peu particulière, de janvier à mai, il a injecté déjà 11.9 millions d’euros dans bunq. Une somme qui laisse imaginer que l’année 2020 sera encore plus négative que 2019.

2020, l’année de tous les dangers

Sur 2020, on voit que bunq n’est pas la seule à souffrir. N26 a fait en urgence une levée de fonds à hauteur de 100 millions de dollars. Une situation que les analystes financiers indiquent comme très négative car la valorisation de N26 n’a pas augmenté. C’est donc une annonce très négative, à l’instar de la levée de fonds en cours par Monzo. Pour Monzo, c’est même pire, au lieu de rester stable dans sa valorisation, elle perd donc 40% environ de sa valeur.
Chez Revolut, ce fût 500 millions de dollars qui ont été levés, mais avant le séisme coronavirus. Malgré cette levée de fonds colossale, la FinTech a eu recours à des procédés très malsains d’après la presse spécialisée. Revolut qui avait déjà été montrée du doigt pour son management et promettait que la situation avait changé. En 2020, la presse rapporte que Revolut a forcé les salariés à démissionner.
2020 est une année qui s’annonce compliquée pour les FinTechs, et sera probablement le début d’une consolidation du secteur. On a vu que certains ont déjà fermé. D’autres risquent de rejoindre les rangs avant la fin de cette année, au vu du climat et des conditions de reprises du trafic aérien.

Ali Nikman, seul maitre à bord

A la différence de ses concurrents, bunq n’a pas de tiers dans son capital. Le pouvoir de décision n’est donc pas dilué comme il l’est chez Revolut ou N26. Le fondateur de bunq, Ali Niknam garde donc totalement la main sur sa banque.
On voit d’ailleurs qu’Ali Niknam est maître à bord dans la presse néerlandaise, et qu’il n’a pas d’investisseurs à satisfaire. Face aux critiques de la V3 de bunq, Ali Nikman a bien indiqué qu’il ne fera pas marche arrière. Il attend donc de ses clients qu’ils s’habituent à cette nouvelle version de bunq. Aucune annulation de cette V3 n’est donc à espérer.
La communauté pointe du doigt la perte des fonctions de bunq, on le signalait dans un article. A ces personnes, Ali Niknam répond qu’il sait ce que veulent les clients, et donc il modèle bunq selon la vision qu’il en a.
Ali Niknam va probablement devoir revoir sa position sur bunq et son investissement financier personnel en s’ouvrant à des investisseurs. Il apparaît clairement qu’il ne pourra pas indéfiniment assurer seul le renflouement des comptes de bunq. Certains s’amusent de voir ce possible revirement, car Ali Niknam déclarait, il y a quelques années, qu’il préfère vendre un rein plutôt que d’avoir un investisseur externe dans bunq.

Conclusion

L’année 2020 va plonger leurs comptes dans le rouge, car ces organismes sont surtout utilisés pour les vacances et autres séjours. Revolut pour réduire ses pertes veut d’ailleurs intégrer un comparateur de vols, un secteur d’activités très rentable. Les compagnies aériennes sont disposées à payer très cher pour être mises en avant sur ce type de de plateformes, encore plus à présent pour faire remonter le trafic aérien.