Témoignage : Parcours bancaire entre banques traditionnelles et fintechs

Opinion

Régulièrement nous avons des retours d’expériences, des témoignages spontanés sur différents sujets. Nous allons vous partager, avec l’autorisation d’un lecteur son expérience bancaire. Elle est très similaire à de nombreux témoignages et situations que nous constatons par différents canaux. Nous vous proposons ce retour d’expérience sous forme de questions / réponses qui résument nos échanges.

Qu’est ce qui t’a poussé à aller vers les FinTechs et Néobanques ?

J’ai un parcours plutôt classique dans ma vie et j’ai commencé à travailler comme serveur dans la restauration car le cursus scolaire n’était pas ma force. Débutant comme apprenti, j’ai toujours eu les salaires minimums possibles, et autant dire qu’on ne peut pas vivre confortablement dans ce type de situation. Nous sommes la main d’œuvre non qualifiée du pays, et on galère à joindre les deux bouts, on côtoie des personnes aisées et leur vie fait rêver.

A nos lecteurs,
L'accès à nos articles, NON SPONSORISÉS ET SANS PUBLICITE est, et demeura GRATUIT. Vous pouvez nous soutenir, librement, à l'aide d'un don ponctuel ou récurrent pour nous aider à maintenir un accès 100% gratuit, sans pub et, sans articles sponsorisés en participant aux frais relatifs à l'hébergement et au financement des offres payantes que nous testons.

Merci !

Plutôt jeune, j’ai eu quelques soucis financiers, des chèques qui sont revenus sans provision. J’avais oublié un chèque fait il y a plusieurs mois. Quand il s’est présenté, n’ayant pas d’épargne, impossible de combler et la banque a été obligée de rejeter le chèque en me prenant des frais.

Après ça, j’ai dû trouver une solution de règlement en plusieurs fois avec le commerçant, et j’avais pris un crédit chez Carte BUT à un taux démentiel, mais ils me proposaient 1500€ sans trop de formalités et ma paye de serveur était acceptée. J’ai pris la totalité des fonds, même sans en avoir besoin, et j’ai remboursé mon chèque avec les timbres qu’il fallait aussi acheter à l’époque.

Par la suite, je me suis retrouvé avec un patron qui nous payait de plus en plus en retard les salaires. C’était vraiment galère car j’avais mes échéances qui tombaient, 0€ d’épargne, donc je creusais mon découvert. Mais à un moment, pendant plus d’un mois, on s’est retrouvé sans salaire et en plus j’ai eu les frais sur les opérations refusées le mois d’avant. C’était un cauchemar, la banque ne voulait rien entendre et mon conseiller ne savait que me dire de saisir les prud’hommes, mais dans le milieu, un patron peut vous empêcher d’avoir un emploi ailleurs par son réseau.

Mon crédit n’est pas passé plusieurs fois, et Carte BUT m’a imposé de payer la totalité du financement. J’étais dans une galère et j’ai priorisé mon loyer avec toutes les conséquences des frais.

Mon employeur, après 6 mois de situation tendue, est revenu à un rythme normal mais me devait encore un salaire. Le mal était fait, Carte BUT qui est Cetelem m’avait fiché à la Banque de France.

J’avais leurs appels de recouvrement. Ils appelaient même au travail, et me menaçaient de tout dire à mon patron. Il était au courant de ma galère financière, l’huissier pouvait bien lui en toucher un mot, cela ne changeait rien. Ils ne comprenaient pas que l’argent je ne l’avais pas et même 100€/mois c’était impossible.

J’avais tous les frais de la banque à rembourser, toutes les factures revenues impayées, des fichages comme Preventel à retirer, c’était un cauchemar.

On n’imagine pas le mal que font ces personnes quand elles vous insultent au téléphone pour leur argent alors que vous ne savez pas comment vous allez passer le mois à peine le salaire arrivé sur le compte. On se prive de tout, on espère n’avoir aucune panne avec la voiture, on pleure tous les soirs… mais en France il faut des personnes payées le minimum, pour des emplois, comme les serveurs, afin que les gens qui peuvent aller au restaurant ne voient pas le prix bondir pour payer de meilleurs salaires. C’est un engrenage, et au bout du compte, c’est le personnel du secteur qui en souffre.

L’accumulation des frais bancaire t’ont conduit aux FinTechs ?

Mon ancienne banque, la Banque Populaire m’a fait une clôture de compte, et m’ont mis en contentieux. Mon conseiller m’avait supprimé mon découvert, et quand la paye arrivait, il acceptait de payer le loyer et refusait tout le reste en prenant des frais. Je n’avais plus de carte bancaire, plus rien et pour retirer de l’argent c’était au guichet.

Impossible de payer tous leurs frais, revenir en positif et arrêter le cercle. Mon conseiller m’a dit que sa direction ne voulait rien rembourser, et le directeur d’agence me faisait comprendre que j’ai mal géré et j’aurai dû attaquer mon patron. Donc j’ai créé la situation et eux ne peuvent rien faire, si j’avais attaqué, ils auraient eu une preuve de ma bonne foi et auraient pu faire quelque chose pour les frais.

J’ai pu ouvrir un compte chèque à La Poste malgré mon fichage. Toutes les autres ont refusé, et c’est là que j’ai découvert l’impact d’un fichage, plus personne ne voulait de moi sauf La Banque Postale.

Avec mon CCP, le conseiller a demandé une carte et une autorisation de découvert auprès du centre financier. Quelques jours plus tard, le centre financier répond OK pour le découvert, la carte et le chéquier en prévenant qu’il y a 2 fichages quand même me concernant et qu’il faudra surveiller. Mais j’étais accepté, quel soulagement !

La société de recouvrement qui gérait le dossier de la Banque Populaire était plutôt cool. Elle m’a fait une remise de 50% de ma dette avec les explications que j’ai donné et les preuves. Leur service m’a même proposé de m’aider gracieusement à récupérer mon salaire. J’ai changé d’employeur, et j’ai accepté leur offre de faire récupérer mon salaire. Ils y sont parvenus et ils m’ont remboursé le restant par chèque. Un fichage de moins à la Banque de France et une dette en moins ! Il restait Cetelem mais plus aucun signe de vie de leur part, j’ai fait le mort aussi.

Avec un CCP disposant d’une carte et d’un découvert, tu avais une situation normale, non ?

J’étais à La Poste pour mon compte, mes assurances et tout. J’avais même un Livret A, j’ai ouvert un LEP et un PEL sur lequel je mettais 45€ par mois. J’arrivais à épargner un peu pour payer les dépenses imprévues sur la voiture. Je ne partais pas en vacances et j’étais souvent inquiet dès que le paiement par carte prenait du temps. J’ai vécu plusieurs fois chez Banque Populaire le blocage de ma carte sans être prévenu. On se sent tellement mal dans ces situations, c’est horrible et je ne souhaite à personne d’avoir le commerçant qui vous dit que la carte est bloquée.

Je craignais que le centre financier comprenne qu’ils avaient octroyé découvert, carte et tout et qu’ils n’auraient pas dû le faire car j’avais toujours un fichage à la Banque de France. Ma conseillère postale me disait qu’elle ne comprenait pas que le centre avait accepté tout ça, mais qu’ils pouvaient comprendre l’erreur et enlever le découvert et/ou la carte bancaire. Quand je perdais ma carte, j’avais peur de les appeler pour en commander une nouvelle et qu’ils contrôlent mon dossier et disent qu’il y a un problème et ne peuvent pas en délivrer une nouvelle.

Un jour mon découvert a sauté, et j’étais en sueur. Je me suis dit qu’ils avaient compris et que c’était terminé, qu’est-ce que j’allais bien pouvoir faire. Quand j’en ai parlé à ma conseillère, elle m’a dit que mon découvert avait été supprimé car non utilisé depuis plus de 6 mois. Elle a fait une demande de découvert, ils ont accepté et non pas 200€ comme j’avais, ils ont mis 600€ directement.

Mais en 2015 je me suis intéressé quand même aux FinTechs et surtout à Revolut et N26 car ils en ont parlé sur un forum « compare cartes bancaires rechargeables ». J’avais peur de me faire refouler à cause du fichage, mais l’administratrice Fabienne, m’a expliqué que Revolut et N26 ne faisaient pas de contrôle sur les fichages. Je me suis inscrit sur les 2 en 2015 et j’ai eu mes cartes bancaires. C’était presque un jour de fête quand elles sont arrivées, j’étais soulagé, et je ne savais pas à l’époque la différence entre leurs cartes et celle de mon CCP.

Donc je me disais, eux au moins ils ne bloqueront pas ma carte s’ils viennent à découvrir le fichage. Ma situation financière m’a fait aller vers les FinTechs pour être plus serein quand je devais payer. J’ai découvert que Revolut n’acceptait pas les pompes automatiques, et N26 fallait plus d’argent que le carburant qu’il me fallait. Avec votre site j’ai compris pourquoi il fallait les 120€, et Revolut qu’ils avaient une politique de refuser les pompes avant de les accepter beaucoup plus tard.

Quel usage as-tu eu de N26 et Revolut lorsque tu as réceptionné tes cartes ?

Revolut j’avais eu très rapidement mon compte bloqué car j’avais tenté de payer 1€ sur le site de La Poste pour un envoi de courrier. Ils m’avaient expliqué que c’était du jeu d’argent et c’était interdit. Quand ils ont compris la bêtise de leur décision, après 3 mois ils ont débloqué mon compte.

J’ai surtout utilisé N26 et j’avais la carte complètement transparente, c’était hyper cool de payer avec dans les commerces. Tous regardaient la carte, elle intriguait, c’était flatteur, comme une revanche sur mes galères financières. Dans vos articles, vous parlez souvent du côté statutaire des cartes, moi c’était exactement ça, j’aimais que ma carte attire le regard et la curiosité, je me sentais valorisé.

N26 a lancé la carte black, j’ai sauté sur la commande et j’avais le numéro 7 de mémoire dans l’identifiant de souscription. J’étais dans les premiers à l’avoir et elle était super stylée, et ça donnait une impression d’avoir plus d’argent qu’on en avait en réalité. J’ai surtout utilisé N26 pour tout ça et j’avais eu une promotion pour prendre la black à 4.90€/mois.

J’utilisais encore ma Visa du CCP dans toutes les situations où N26 était refusée, ou que je savais que c’était super long pour payer et j’avais la honte. Une belle carte noire qui prend du temps pour payer ça ne fait pas sérieux.

Dans vos articles vous parlez de l’apparence ou le niveau qu’on veut renvoyer avec les cartes différentes, par exemple la carte noire ou la carte en métal. J’avais beaucoup de mal à avouer que mon cas c’était exactement ça. J’aimais qu’on remarque ma carte et qu’on s’étonne de ma carte, je me sentais bien quand je vivais ces situations. Une manière de compenser mon niveau d’étude, ma situation financière et mon intégration sociale. Mais ce n’est pas très avouable, alors je le justifiais par le côté design de la carte en opposition aux cartes que je décrivais comme moches dans les banques historiques.

As-tu pu finalement assainir ta situation avec l’usage des néobanques ?

Quand on a un compte dans une néobanque en principal, on a n’a pas d’épargne et on n’économise pas. On va vivre au jour le jour et on ne met pas 5000€ de côté en cas de problème. Mais au début, on ne voit pas trop le problème, car en temps réel on voit combien reste sur le compte, parfois on se retrouve avec de mauvaises surprises comme un prélèvement oublié. Mais avec le recul, je comprends que c’était désastreux comme méthode de faire. Si on a un gros pépin, on va devoir demander de l’argent à la famille, à des amis ou faire un crédit renouvelable.

J’ai pu payer mes dettes avec les participations et primes diverses. J’avais laissé l’argent sur mon Livret A à La Poste, et quand j’ai eu le montant de la dette chez Cetelem j’ai pris contact avec eux.

On était très loin des discours menaçants qu’ils avaient quand ils me relançaient pour ma dette, là c’était très cool. Ils m’ont proposé de régler le principal et ont effacés tous les intérêts, donc j’avais moins à payer que l’estimation. J’ai fait un règlement par chèque et 2 jours après le gestionnaire contentieux m’a confirmé que c’est réglé, et m’a envoyé un courrier confirmant le solde à 0€, et la levée du fichage. 1 semaine après, plus rien auprès de la Banque de France, un énorme soulagement pour moi. 2017 approchait, et je m’étais promis que ce passé restait derrière moi, terminé les crédits sans raison, terminé les conneries, et qu’il était temps d’enfin épargner et me construire une base saine !

En début d’année 2017, j’étais au Crédit Agricole et l’accueil était top. Mais j’avais à l’esprit de vouloir une carte dorée au minimum et c’était non négociable. Pour moi, je n’étais pas fiché, j’avais un salaire donc je voulais cette carte et pas une autre. Mon conseiller était génial, il m’a proposé la carte Visa Premier, des plafonds de 8000€ et même en débit différé, alors que mon salaire était bien moindre que cette somme, vu que j’avais environ 1400€ par mois. Côté découvert, il a repris les 600€ que j’avais auprès de La Banque Postale.

J’avais un compte vierge de tous problèmes, avec tout ce que je voulais, c’était clairement un retour à la vie normale !

En avais-tu terminé avec les néobanques à parte de là ?

Vous allez rire, mais non. Déjà, j’ai fermé mon CCP et tous les produits détenus à La Poste. J’avais l’impression de laisser derrière moi une vie ratée et de tourner la page. Ce n’est pas très cool mon attitude vis-à-vis de La Poste, mais je sentais bien que ce n’était pas une banque normale, on était catégorisé négativement dès qu’on avait un CCP.

On ne peut pas vivre avec une seule carte lorsqu’on a vécu un blocage brutal de sa carte bancaire. On craint toujours de revivre la situation, c’est une angoisse le paiement refusé. Rien ne va justifier que cela se produise de nouveau, mais on garde cette peur longtemps. En plus, faut dire que Revolut et N26 proposaient des cartes qui donnaient une impression de richesse, et de ce besoin de paraître, on ne peut s’en affranchir aisément.

J’étais vraiment comme un junkie avec N26 et Revolut, et conscient que je lâchais beaucoup d’argent pour des cartes presque prépayées. Je ne faisais que payer mon besoin de paraître, et quand on essaye de se désintoxiquer de ces frais énormes payés à N26 ou Revolut, ils vous sortent une nouvelle carte qui donne encore envie de payer.

J’avais mon compte principal au Crédit Agricole, tous mes prélèvements, mes dépenses et tout. Mais je virais 300€ par mois environ sur N26 ou Revolut selon mon compte du moment pour utiliser leurs cartes. La carte dorée dans les banques, ils les jettent à la tête de tous les clients, et la carte ne veut plus rien dire. Revolut et N26 restaient encore peu connus, du coup, les gens étaient impressionnés par ce type de cartes et s’imaginaient facilement des trucs cool sur votre salaire ou autre.

J’ai connu ensuite votre site car vous étiez très présents sur les réseaux sociaux pour rétablir les vérités derrière les discours marketing de toutes ces sociétés. J’ai beaucoup appris, compris beaucoup de situations, et en lisant régulièrement, j’ai compris que je n’étais pas le seul à ressentir les fintechs comme des drogues ou des besoins d’exister. C’était un peu l’élément déclencheur pour me faire violence et arrêter pour remettre les pieds sur terre.

Tu n’avais aucun projet financier à moyen terme ?

Aucun projet, même celui de devenir propriétaire ne m’intéressait plus. Quelque part, je pense que l’intérêt n’était pas présent car j’avais la conviction que c’était impossible à décrocher.

En 2019, j’ai étendu mon cercle d’amis, et l’envie d’être propriétaire était au premier plan. J’ai compris que même si on a traversé des galères, on peut quand même se reconnecter avec le cours normal de la vie et devenir propriétaire. Dans ce groupe d’amis, plusieurs avaient eu des situations financières désastreuses, et c’était drôle de voir que nos angoisses du paiement étaient identiques. C’était la première fois que je mettais carte sur table avec mon passé, sans peur d’être jugé, de parler de mon travail, mon salaire sans supporter un air condescendant ou de pitié !

Rendez-vous avec mon conseiller du Crédit Agricole qui m’a mis en contact une conseillère qui faisait du crédit immobilier dans une autre agence. J’étais honnête sur mon passé, et j’ai apprécié le fait qu’elle me dise que ça appartient au passé, qu’il n’y a plus rien donc on ne tient pas compte des erreurs du passé. Elle m’a proposé un crédit immobilier de 120 000€ sur 25 ans, avec mon salaire et j’ai pu rechercher une maison. Avec beaucoup de travaux, j’ai trouvé une maison de 200m² à 90 000€ et mon offre fût acceptée. Et là ma vie a changé, je n’avais plus rien besoin de compenser, je possédais une maison, je m’investissais dans mes travaux, tout le reste devenait stupide et futile.

Devenir propriétaire fût un peu le projet de réussite de ma vie ! J’ai ma maison avec un terrain de 2400m² qui me prend un temps de dingue à entretenir, mais je suis fier, je suis chez moi !

J’ai planté Revolut et N26 sur leur abonnement mensuel, car ils refusaient de résilier alors que je payais déjà depuis plusieurs années leur offre premium. Donc j’ai mis le compte à 0€ et j’ai laissé mourir le compte en ignorant leurs relances, je savais qu’ils ne pouvaient rien faire, et après tout, ils m’avaient fait payer cher pendant suffisamment longtemps mon manque de confiance en moi !

As-tu totalement ignoré l’existence des néobanques ?

Je pense que quand on est dans ma situation, on est un peu comme un alcoolique, et on est toujours tenté. On sait que ce n’est pas bien, et si on cède on risque de retourner dans des dérives de payer pour des cartes bancales.

J’avoue avoir ouvert quelques trucs à la suite d’articles sur votre site, par exemple Curve, Max, bunq… Mais en me jurant de ne pas prendre d’offres payantes. Bon actuellement il ne me reste que Max et j’ai l’offre Premium à 7€/mois pour les cartes virtuelles. Il faut dire que le Crédit Agricole sont cool, mais ils n’ont pas de cartes virtuelles, ils n’avaient pas de paiement mobile ni rien. Max était très bien pour tout ça, donc je paye l’offre mais je n’utilise pas leur carte, et surtout c’est pour un usage réel, surtout les virtuelles.

Je ne mets pas d’argent sur Max je fais tout en proxy avec ma carte Crédit Agricole, et du coup je ne me pose plus de questions sur les frais. Faut dire que Crédit Agricole, c’est cher de payer dans des devises.

Impossible de dépenser beaucoup, même si mon salaire a augmenté un peu, j’ai le crédit immobilier qui en prend une grande part, d’autant que je l’ai renégocié au Crédit Agricole en réduisant la durée de 4 ans sans payer plus. Et avec ma dernière renégociation en septembre 2021, j’ai augmenté la mensualité de 17€/mois et le taux inférieur à 1% j’ai encore gagné 3 ans. Je n’ai plus aucun chevauchement plus tard avec mon prêt à taux zéro, j’aurai même une pause entre mon crédit principal et mon prêt à taux zéro.

Je pars très peu en vacances, ce sont surtout des week-ends avec les amis. Mon argent va dans la rénovation de ma maison, l’entretien et surtout tout mon temps va dans la maison. Mais je suis content depuis fin 2021 tout est terminé, maintenant j’apprécie mon chez moi ! Je peux me permettre de partir quelques jours après 2 ans de travaux tous les soirs et tous week-ends.

Où en es-tu financièrement en septembre 2022 ?

J’ai mon compte au Crédit Agricole, j’ai un compte qui tourne à vide chez Boursorama Banque avec la Visa Premier et j’ai Max en proxy du Crédit Agricole. A côté de ça, j’ai des cartes de crédit chez Cetelem, Sofinco et Oney que je n’utilise pas, mais qui me permettent d’avoir des réductions pour les équipements de la maison. Mais je n’utilise pas les crédits, et je refuse les offres d’Oney et Sofinco qui proposent d’envoyer de l’argent pendant 2 mois sans aucun frais. Je ne veux plus retourner dans cette spirale du crédit, trop peur de retourner dans des galères.

Je n’ai plus rien dans les néobanques, et quand je vois une carte d’une néobanque je repense toujours à quel point c’est sans aucun intérêt. On se retrouve à se faire ponctionner notre compte pour des trucs qu’on n’a pas besoin en réalité ou qu’on trouve gratuitement ailleurs. Je ne paye pas chez Boursorama pour mon compte et ma carte, et c’est pareil au Crédit Agricole, le compte est offert ainsi que la carte et le découvert pendant toute la période de mon crédit immobilier. Donc je ne paye plus aucun frais et ça c’est aussi une victoire pour moi.

Côté épargne, j’ai mon LEP qui est actuellement à 5000€ environ, mon livret A je dois avoir 1000€ dessus et mon LDD a 10€ dessus. Je n’ai pas d’autre placement, et je me fais un virement automatique de 50€ par mois sur mon LEP, et quand j’arrive à bien économiser je rajoute une partie dessus. Mais ce n’est pas toujours facile car j’ai eu beaucoup d’imprévus sur les frais dans la rénovation de ma maison. Mon Livret A me sert de dépenses en cas de pépins ou d’une impulsion comme acheter quelque chose pour la maison. Mon LDD lui c’est mon épargne de loisir, donc si j’arrive à économiser dessus après les 2 autres livrets, alors je me dis que je peux me faire un plaisir comme un week-end à l’étranger, ou changer de téléphone.

J’ai vraiment appris à économiser en quittant les néobanques. Je ne vais plus vivre au jour le jour et j’utilise MoneyWiz qui me permet d’anticiper sur le long terme mes finances, planifier des dépenses à venir comme la facture d’eau tous les 6 mois, suivre l’évolution de mon solde bancaire et voir combien je peux mettre de côté.

Quels seraient tes conseils aux personnes dans ta situation ?

C’est difficile de savoir quoi recommander. Mais déjà je sais que les néobanques ne sont pas la solution, ça en revient à mettre la poussière sous le tapis et attendre. Je suis convaincu qu’il faut rester dans une banque, épargner même 10€ chaque mois et dès qu’on peut rembourser une dette faut le faire.

C’est galère, car on a l’impression de trimer, de faire des heures pour un salaire de merde. On doit se priver, se restreindre et on est frustré de tout ça. On veut le dernier truc à la mode, on veut une meilleure voiture, on veut partir en vacances et tout ça c’est impossible avec les finances. C’est injuste, ce n’est pas normal… voilà ce qu’on pense quand on a sa paye, qu’on voit tout ce qui doit partir et ce qu’il nous reste.

Pendant le confinement, c’était vraiment compliqué avec les salaires. J’ai travaillé dans la grande distribution, et tout le monde bossait à des cadences de fous pour des salaires nuls. Mais j’avais mon crédit immobilier à rembourser, j’avais mes travaux de rénovation donc je mordais sur les dents. Les gens étaient majoritairement odieux et condescendants avec nous, comme si on était de la merde. Faut prendre beaucoup sur nous pour ne pas les insulter quand ils sont méchants envers nous, et penser qu’on est là pour payer notre maison et dans 5 minutes on ne verra plus leur tête. On a entendu les félicitations envers les soignants, mais nous tous les premiers de cordés on était pris pour des merdes par les clients.

Je crois que le plus important c’est vraiment de se trouver un objectif réel, comme acheter un domicile. Y mettre son énergie et tout le reste devient sans intérêt. J’arrive à économiser plus avec un chez moi qu’avec un loyer car je fais beaucoup de choses moi-même, j’ai moins de temps pour les choses inutiles.

Quand on change son regard sur la vie, on arrive à supporter beaucoup plus de choses. On n’a plus ce besoin de paraître et de renvoyer une image fausse de sa personne. Il y a une réalité dans sa vie, sa maison !

As-tu un mot de conclusion ?

Je tiens à vous remercier pour vos articles, ils m’ont aidé à comprendre beaucoup de choses. J’espère que d’autres comprendront à quel point on jette de l’argent à la poubelle en payant des abonnements dans des néobanques. Elles ont su vendre quelque chose dont on n’a pas besoin, et duquel on n’arrive pas à se défaire.

Pour se reconstruire financièrement, je pense que le mieux c’est d’avoir une banque physique, on peut rencontrer un conseiller, et discuter et voir ce qu’il est possible de faire ou non. Dans les banques en ligne, il n’y a pas de relation personnalisée et faut s’adapter et quand c’est non, on ne sait pas trop pourquoi. Dans mon cas, le crédit immobilier, mon conseiller a pu m’aider et me dire comment rendre ce projet possible. Je n’ai pas eu un refus et au revoir, il m’a accompagné et m’a aidé à faciliter l’accord de la banque pour l’obtention du crédit en plaidant mon dossier en commission.

Quand on n’a pas le feeling avec son conseiller, je crois que le mieux c’est d’en changer ou d’aller ailleurs. Je n’ai pas le profil pour de la banque en ligne, car je ne gagne pas suffisamment. J’imagine qu’à partir de 2000€ par mois de salaire net, tout est plus simple, mais en dessous, ce n’est pas évident pour des projets comme l’immobilier. Je préfère la banque physique car je peux avoir des plafonds cartes plus cool, des possibilités de crédits comme pour la rénovation de ma façade et l’isolation des murs par l’extérieur…

Je conclurai en disant que pour moi, quand on a moins de 2000€ par mois et qu’on a des projets d’avoir une maison ou un appartement, le mieux c’est une banque physique pour réussir notre projet.