Tomorrow : une carte en bois sans langue de bois

Carte bancaire Tomorrow

Wood is the new good. Au travers de ce slogan, la FinTech Allemande présente un nouvel atour de son offre « Zero ». Il s’agit d’une carte de paiement en bois, parfaitement fonctionnelle, une première mondiale !

Tomorrow

Dès le début, Tomorrow a fait preuve de transparence et d’engagement dans des projets réels ayant un impact climatique, environnemental ou sociétal positif.
Depuis, plusieurs acteurs tentent de se lancer sur ce terrain vert. Certains sont allés jusqu’à « copier » Tomorrow au point de reprendre leur style graphique, l’explication de leurs tarifs ou les tournures commerciales. Ne nous y trompons pas. Tomorrow reste bien l’offre originelle prouvant une nouvelle fois qu’elle innove et qu’elle est bien réelle.
Aujourd’hui, seule Onlyone, offre française en devenir, présente les atouts de sérieux et de transparence semblable à Tomorrow. La FinTech s’est engagée avec IDEMIA sur les matériaux employés pour sa future carte de paiement Mastercard.

Tomorrow Zero

Nous avons déjà consacré un article à l’offre « Premium » de Tomorrow. Rappelons rapidement les principes de cette formule proposée par Tomorrow.
L’offre est proposée à 15€/mois sans aucun engagement, vous pouvez résilier à tout moment. En supplément de l’offre gratuite, vous accédez à un nombre de retraits illimité, et un nombre de coffres illimités.
Point intéressant de l’offre, une compensation carbone de 11.3 tonnes de CO² est garantie si bien sûr vous restez 1 an en offre « Zero ». Autre bénéfice, tout récent, les clients « Zero » peuvent bénéficier d’une carte en bois.
Les avantages de l’offre de base, comme l’absence de frais sur les opérations en devises restent bien entendu présent en version « Zero ».

Une carte en bois

tomorrow, la carte en boisDepuis quelques mois, les FinTechs se lancent dans un créneau, celui de l’écologie. Soyons clair, c’est majoritairement un discours marketing. La raison est simple, les fonds qui sont déposés ne sont pas tracés, ils sont dans le bilan de la banque qui gère le dépôt et peuvent donc être investis dans des énergies carbonés. Il faut comprendre que le cantonnement vise à prévenir l’usage par la FinTech de l’argent qui lui est confié.
Cependant, pour la banque de cantonnement, cette somme est une écriture comptable, et elle est intégrée dans ses liquidités. Par conséquent, vous garantir ou vous promettre que votre argent ne va jamais financer tel ou tel projet est du pur marketing pour ne pas dire du bullshit d’influenceur.
Tomorrow investit une partie des dépôts dans des projets intelligents et c’est clairement un point que nous apprécions. La fintech verte ne peut cependant pas garantir qu’il s’agit de votre dépot, mais c’est une valeur monétaire équivalente qui est investie. On se répète, mais il serait mensonger de promettre que jamais votre argent n’ira dans la finance de projets carbonés. Si une FinTech vous promet cela, vous savez à présent quoi en penser.

Une carte « Dual Network »

Tomorrow a décidé d’embarquer 2 réseaux proposés par Visa. Il s’agit de « Visa » (31010) mais également de « V Pay » (32020). Vous avec donc 2 réseaux Visa. Il est légitime de se demander l’intérêt, vu que nous sommes sur une carte « DEBIT » avec contrôle de solde à chaque transaction effectuée.
Tomorrow est avant tout un produit Allemand. Dans les pays avec des racines germaniques, il y a une distinction entre Visa et Mastercard et leur sous réseau respectif nommé V Pay et Maestro. Par conséquent, certains commerces acceptent V Pay et refusent Visa. Donc en Allemagne, vous pouvez avoir Girocard, V Pay et Maestro acceptés, mais Visa et Mastercard qui seront refusés.
C’est une question de frais sur l’interchange, Maestro et V Pay sont considérés, à l’instar de Girocard comme des réseaux domestiques. Embarquer V Pay apporte donc une couche d’acceptation supplémentaire dans les pays germaniques, y compris les nordiques qui ont une culture très allemande.

La conception de cette carte en bois

Il y a forcément des éléments en plastique, par exemple pour supporter la piste magnétique au dos ou apposer l’hologramme sécurisé de Visa.
La promesse, c’est une réduction de 80% du plastique, c’est-à-dire environ 4 grammes de plastique, en comparaison d’une carte traditionnelle. Il reste toutefois du plastique en son cœur pour l’assemblage de la carte. Mais ce plastique est intégralement en PVC recyclé, plus exactement, c’est du polytéréphtalate d’éthylène.
Le bois représente environ 4 grammes. Les autres éléments comme la puce ou le circuit NFC combinés pèsent 1 gramme. Elle n’est donc pas composée que d’un seul morceau de bois, mais résulte d’un assemblage afin que l’antenne pour le sans contact puisse y être logée.
Ce bois provient d’Autriche et plus précisément d’une exploitation durable de cerisiers. L’avantage de ce bois pour faire les cartes, c’est qu’il est possible d’extraire environ 11 257 cartes avec un seul arbre. Les arbres retenus pèsent environ 450Kg, et disposent d’un tronc de 7 mètres avec un diamètre de 45 cm. La carte est donc produite à proximité de cette zone de culture, réduisant de fait tout l’impact sur le transport ou la transformation.
Dans une démarche écologique, la carte n’est donc par vernie. Contrairement au métal qui est plus résistant à la pression, le bois pourra se casser plus facilement. Il est donc recommandé de ne pas s’amuser à plier la carte, elle cédera rapidement sous une pression même moyenne. Vous l’aurez compris, il n’y a donc aucun traitement vernis ou prévention des vers, théoriquement, des capricornes pourraient donc attaquer le bois.
Elle n’est pas imperméable, donc tel un mobilier de jardin non traité, elle peut subir les effets de l’eau. Elle résistera très bien aux éclaboussures d’eau et autres, mais ne la plongez pas dedans.
Le matériel utilisé est donc très intéressant, la démarche écologique est réelle. De fait, il vous faudra composer avec certaines précautions pour protéger la carte. Cependant, si l’envie de la lasurer vous venait à l’esprit, n’hésitez pas à partager vos clichés.

Les avantages liés à la carte

Il y a déjà un engagement réel en faveur de l’écologie. Donc toutes les personnes qui se revendiquent écolos, minimalistes, soucieuses de l’avenir de la planète, soucieuses de l’avenir de leurs enfants sont invités à abandonner les supports plastiques ou métal afin de se tourner vers des matériaux comme le bois.
La texture ou l’odeur ne laissent aucun doute sur le matériel de votre carte, il s’agit bien de bois. Tomorrow suppose d’ailleurs que la texture de la carte suscitera des échanges et interactions face à l’étonnement.
Le métal a été fortement banalisé au point qu’il ne surprend plus. Le bois semble être à la fois le nouveau type de support pour surprendre, mais avant tout, un support avec une vision réellement écologique.
Côté programmation, la carte en bois, en notre possession, supporte les paiements offline. La durée de vie de cette carte est de 3 ans, mais en cas de perte/vol/destruction vous pourrez en commander une nouvelle pour 10€.
Elle est bien compatible Apple Pay et Google Pay. Les adeptes de Samsung Pay ne sont pas oubliés, mais pour le moment, des exclusivités sont en cours.

Conclusion

Nous voyons naître un véritable bullshit marketing autour des offres dites écologiques . Nous voyons arriver des copies de Tomorrow sur le marché Français. Par désarroi, nous avons stoppé de recenser les propos erronés, mensongers et même impossibles.
Tous ces comportements et agissements viennent jeter l’opprobre ou le discrédit sur les démarches écologiques sincères. A ce jour, après avoir analysé toutes les offres, les promesses, les démarches des acteurs actuels ou à venir, seuls 2 trouvent grâce à nos yeux. Il s’agit de l’allemand Tomorrow et du français Onlyone.
L’usage du bois est vraiment très intéressant. Nous vous recommandons cependant de noter les informations ( numéro de carte, expiration et cryptogramme). Ces informations sont imprimées pour le bois et ne résisteront pas 3 ans, malgré l’écriture Visa Quick Read.