Apple Pay

Utiliser Apple Pay sans changer de banque

Depuis les dernières mises à jour, Apple se montre de plus en plus insistant pour configurer Apple Pay sur votre équipement. Il faut dire que la pastille rouge sur les réglages force à tenter l’ajout d’une carte, et ce ne sera qu’à cette condition qu’elle va disparaître.

Petit rappel sur Apple Pay

Apple Pay est totalement invisible dans les statistiques du paiement mobile. La solution de paiement n’a toujours pas dépassé la barre des 1% malgré les efforts et les opérations communication. Peut être qu’avec cette nouvelle méthode visant à forcer l’utilisateur à s’enrôler, Apple espère franchir ce cap.

Pour Apple, vous faire ajouter votre carte sur Wallet c’est déjà gagnant. Dans les nombreux coûts, que doivent payer les émetteurs pour utiliser Apple Pay, il y a celui de l’ajout d’une carte dans Wallet. L’opération n’est pas neutre, et cela même si vous n’allez jamais utiliser la carte ajoutée.

L’émetteur doit donc payer les FAS (Frais d’Accès au Service) Apple Pay pour commencer. En plus de cela d’autres coûts, comme le ponctionnement par Apple d’une grosse partie de l’interchange. Côté réseau, générer la carte virtuelle (token) qui sera déployée dans Apple Pay est payant, mais Visa comme Mastercard offrent généralement cette partie. Toutefois, le déploiement dans le wallet de votre équipement Apple n’est pas offert par Apple, c’est donc à la banque de payer là encore un coût pour cette opération.

La grille tarifaire du service Apple Pay a de quoi faire tourner la tête. Surtout quand on compare avec Google Pay, Samsung Pay, Fitbit Pay, Garmin Pay, Swatch Pay, Fidesmo Pay, Mi Pay,… qui sont toutes des solutions totalement gratuites. Apple est le seul à facturer l’équipement au client, et à nouveau facturer l’usage à l’émetteur d’une carte bancaire. Pour tous les autres, vous avez acheté votre équipement, donc vous êtes en droit de l’utiliser sans qu’ils quémandent de l’argent pour l’utiliser.

Longtemps le débat a eu lieu entre la protection des données sur Apple vs Google en matière de paiement. Pour faire simple, ce sont les réseaux (Visa, Mastercard, CB, American Express,…) qui décident des politiques et des périmètres de fonctionnement. Par conséquent, la protection des données est identique sous Apple Pay, Google Pay, Samsung Pay et autres… Il n’y a pas de traitement sur les opérations, au mieux, il y a un enrichissement des informations, mais l’information disparaît dès que vous supprimez la carte d’Apple Pay par exemple.

Les banques ont la tête dure

Dans le rapport de force commercial entre Apple et les banques, Apple s’est rapidement rendu compte que les différentes banques du monde ne cèdent pas facilement. N’en déplaise à Apple, elles savent négocier les termes d’un contrat, et le taux dérisoire de l’utilisation d’Apple Pay devient un argument pour ces dernières afin de ne pas accepter les conditions d’Apple.

La prise en charge d’Apple Pay nécessite donc de réfléchir à comment récupérer l’argent qui est versé à Apple pour les différentes piles du contrat Apple Pay. Dans les banques traditionnelles, c’est relativement facile car elles disposent de plusieurs leviers, le premier étant le coût de la carte puis les frais d’incidents. Les clients fragiles sont une source de revenus pour renflouer les dépenses et les coûts de la banque.

Les banques en ligne qui ne facturent pas la carte, peuvent toutefois se rabattre sur le levier des frais d’incidents. Au niveau national, les frais d’incidents pour les banques traditionnelles et en ligne représente en moyenne 1/3 des bénéfices. C’est donc « grâce » à ces profils déjà fragilisés que certains services sont financés.

Ce mode de financement n’est pas une option pour tous les acteurs, et notamment des groupes mutualistes comme Crédit Agricole ou Crédit Mutuel. La répercussion devrait donc porter sur le prix de la carte et non la pression envers les conseillers d’atteindre le 100% de facturation des frais d’incidents. Au sein de Crédit Mutuel, on peut voir par exemple que Banque Casino a augmenté les coûts des cartes et certains frais. La carte Gold est passée ainsi de 4€ à 4,50€/mois. Les opérations en devises sont passées de 1.98% à 2%. Les retraits sont facturés en devises à présent 3€ + 2% même sur la carte Gold.

Toutes parviendront dans le futur (comptez 2021 pour boucler les tours de tables) à un accord avec Apple. Les statistiques d’utilisations plaident en faveur des banques comme nous l’indiquions et cela malgré le panel innombrable de solutions qui existent pour utiliser Apple Pay.

Apple Pay sans ouvrir un compte supplémentaire

Certains collectionnent les comptes dans les établissements qu’ils soient français ou européens et donc la multi-bancarisation ne pose nullement de problèmes.

Toutefois, certaines personnes préfèrent ne pas ouvrir de compte ailleurs et utiliser exclusivement leur compte traditionnel sans se soucier d’alimenter un compte externe ou devoir détenir une carte dans leur banque actuelle.

Il existe des solutions afin de ne pas créer un nouveau compte bancaire. En France, il y a la possibilité d’utiliser Carrefour Banque, American Express ou Banque Casino. Ce sont les 3 organismes qui répondent à la problématique de ne pas recourir à une ouverture de compte, ne pas alimenter un compte et ne pas être obligé de détenir une carte dans une banque ou exposer la sécurité de leur carte avec un agrégateur comme Max.

American Express n’est pas la solution idéale, car le taux d’acceptation d’American Express en France n’est pas optimal, mais en plus rares sont les commerçants compatibles avec le Sans Contact d’American Express.

Banque Casino et Carrefour Banque sont donc 2 solutions intéressantes, mais officiellement payantes. Apple Pay n’étant pas gratuit, ces services ne proposent pas une gratuité à vie de leurs services, toutefois, ils s’accompagnent d’une certaine souplesse.

Carrefour Banque

Dans les services disponibles dès la première heure en France pour Apple Pay, il y a Carrefour Banque qui a fait le lancement avec BPCE et Edenred.

Il y a 2 cartes proposées par Carrefour Banque, la classique à 14€/an et la Premium (ex Gold) à 55€/an. Les deux reposent sur le réseau Mastercard, et il est question d’une carte de type CREDIT. Régulièrement des opérations sont conduites en ligne ou dans les magasins Carrefour afin d’offrir à minima la première année.

Côté assurances, la Premium arrive avec de nombreux services comme l’extension de garanties sur presque tous les produits, y compris les High-Tech.

Si vous êtes usager d’un magasin Carrefour, vous bénéficiez de 15% de remise tous les jours sur les produits de la gamme Carrefour, ainsi qu’une fois par semaine 3€ de remboursement par tranche de 60€ d’achats.

La cotisation de la carte est donc aisément remboursable en faisant au passage un bénéfice surtout que les offres sont disponibles dans tous les Carrefour (y compris Market, Contact, City, Express, Drive,…).

Côté frais, si vous payez en devise avec la carte ou Apple Pay, comptez 1.69% de frais sur un paiement, et 1.50% de frais sur un retrait. Ce qui est extrêmement proche du coût réel pour ces opérations.
Lors des retraits avec la carte classique, il faudra ajouter 0.95€/retrait, Carrefour Banque ne prenant pas à sa charge ce coût sur la carte à 14€/an. Mais si c’est juste pour Apple Pay, vous ne serez pas concerné.

La garantie casse & vol est acquise pour les 2 cartes dans les 30 jours qui suivent l’achat. La premium apporte tout ce qui est présent dans les Gold à savoir tout ce qui touche aux voyages et transports.

La carte fonctionne soit en débit immédiat, soit en débit différé. Le choix dépendra à la fois de votre souhait, mais aussi de votre situation financière et non du type de carte que vous allez choisir.

En débit immédiat, les opérations sont prélevées sur votre compte dans les 4 jours qui suivent votre paiement. Pas besoin d’avoir une carte, Carrefour Banque effectue un simplement prélèvement SEPA sur chacun de vos paiements validés. Vous avez ainsi un fonctionnement similaire à une carte traditionnelle, les opérations sont débitées au fil de l’eau. C’est le fonctionnement par défaut, et le plafond est alors sur 10 jours glissants.

En débit différé, l’ensemble des opérations sont arrêtées le 20 de chaque mois et débitées le dernier jour ouvré. Par exemple en octobre, les opérations vont s’arrêter le lundi 21 octobre, et débitées de votre compte le jeudi 31 octobre.
Notez que les retraits d’espèces restent eux débités au fil de l’eau, donc ils passeront en prélèvement de votre compte dans les jours qui suivent le retrait d’espèces.

Dans les fonctionnalités, Carrefour Banque propose de choisir la personnalisation du code PIN. Vous recevez un courrier avec un code d’accès au service de Monext permettant de choisir votre PIN. La carte est alors fabriquée dans la foulée et arrive sous 48h ouvrées. Il faut savoir que Carrefour Banque utilise l’infrastructure de Monext (Crédit Mutuel Arkea) pour ses flux cartes. Vous aurez donc la même qualité de service que Fortuneo par exemple. Aucun problème donc à signaler dans la mesure où Monext fait parti des leader de la monétique française.

Lors des paiements avec la carte ou des retraits, vous avez la possibilité de choisir « COMPTANT » ou « CREDIT ». Cela vous permet soit de n’avoir aucun frais (COMPTANT) et débité selon les modalités de votre carte, ou alors d’étaler une dépense en plusieurs fois (CREDIT). Si vous êtes en différé, il est également possible de transférer une partie des paiements en « CREDIT » même après avoir sélectionné comptant et inversement.

Nous attirons votre attention sur les retraits effectués à crédit. Ils permettent d’avoir accès à la réserve d’argent disponible dans le cadre du crédit renouvelable autrement que par le biais d’un paiement carte. Ils sont cependant soumis à un taux d’intérêt d’environ 21% pour le premier palier à 3000€ .

Banque Casino

L’arrivée sur Apple Pay n’est pas encore totalement opérationnelle. Seule une poignée de clients sont actuellement en capacité de pouvoir utiliser Apple Pay avant son lancement très prochainement.

Côté coût, il y a 3 cartes disponibles chez Banque Casino et qui seront comptables. La carte Casino facturée 1.25€/mois, la Gold facturée 4.50€/mois et la carte Cdiscount facturée 1.25€/mois.

Lors d’une opération en devises, comptez 2% de frais sur chaque paiement. Pour les retraits, ce sera 3€ + 2% qui seront facturés. Comme la carte Premium de Carrefour Banque, en EUR aucun frais sur les retraits, mais 1€/retrait pour la carte Casino ou Cdiscount.

La personnalisation du code est possible à la commande, mais également après la réception de la carte. Il suffit donc d’aller dans un distributeur Crédit Mutuel / CIC afin de modifier à volonté le code PIN sans frais.

Par défaut, les cartes fonctionnent en débit différé. Selon votre profil, l’arrêté de compte est effectué le 20 du mois afin d’être débité le 10 du mois d’après, si vous n’êtes pas sur ce cycle, il est possible de le demander au service client après quelques mois d’historique. Sinon vous serez sur un arrêté toujours au 20 de chaque mois mais un débit le 1er jour ouvré du mois qui suivra.

Contrairement à Carrefour Banque où le plafond est fixé selon vos revenus et peut donc aisément atteindre 5000€, chez Banque Casino vous commencerez avec un plafond de 1000€ qu’il sera possible de pousser à 3100€ dès que les conditions seront remplies (3 à 6 mois après l’ouverture de la carte).

Comme chez Carrefour Banque, vous disposez de garanties intéressantes comme l’extension de la garantie constructeur en plus des assurances qu’on retrouve sur toutes les cartes.

L’application Banque Casino est plus complète sur l’aspect gestion de la carte. Il y a également un système de cashback proposé à hauteur de 1% chez tous les commerçants et 2% dans les enseignes du groupe Casino, y compris Cdiscount. Là encore, cela permet aisément de rembourser le coût de la cotisation avec une marge au passage.

Il est possible de demander un débit au fil de l’eau chez Banque Casino afin de ne pas être en différé, cependant, ce n’est pas leur fonctionnement par défaut. Les usagers préfèrent justement la souplesse du différé.

L’octroi d’une carte Carrefour Banque ou Banque Casino

Ces cartes étant de pures cartes de crédit et reconnues comme telles, vous devrez donc vous soumettre à un processus d’obtention. Soyons clair, si vous êtes actuellement en situation de fichage dans le FICP ou le FCC, votre demande sera refusée. Les situations sensibles comme la perception de prestations sociales ou invalidités pour seuls revenus compliquent les dossiers, mais ne sont pas une cause de refus. Des étudiants passent par exemple les conditions d’octrois, de même que des invalides en catégorie 2 ou 3. Donc les situations sont clairement analysées avec plusieurs facteurs. Le seul bloquant étant le fichage.

Les plafonds vont également dépendre de votre situation. Chez Carrefour Banque, si un nouveau plafond est possible, cela vous sera proposé avec 12 mois, ils proposent cependant des modifications temporaires sans difficulté. Chez Banque Casino, vous débutez avec un seuil de 1000€ et vous pouvez aller jusqu’à 3100€, cependant, aucune augmentation temporaire de plafond n’est possible dans la mesure où chez Banque Casino, le plafond est l’encours de crédit autorisé.

L’utilisation d’un service passerelle comme Max ou Curve

Max est déjà compatible avec tous les systèmes de paiements mobiles. Pour Curve, cela doit arriver encore cette année si les négociations avec Apple aboutissent, mais les travaux sont en cours.

Depuis la mise en place des règles DSP2, les banques ont toutes renforcées les mesures de contrôles sur les fraudes pour les paiements « Carte non présente » (CNP). C’est à dire les paiements par téléphone, internet, courrier,… car elles attendent l’envoi du cryptogramme et l’authentification 3DSecure à chaque transaction.

Max comme Curve n’envoient ni le cryptogramme, et forcément ne font pas de 3DS à chaque paiement. Il n’y a pas de cadre légal autorisant / encadrant ces fonctionnements côté réseaux (Visa, Mastercard, CB,…). Par conséquent, ils sont traités comme des paiements par internet et déclenchent régulièrement les systèmes d’alertes.

Si ce n’est pas déjà le cas, vous allez avoir de plus en plus de paiements refusés. Vous risquez de recevoir un SMS de votre banque vous indiquant les détail de la tentative de paiement. Cette dernière vous invitera à répondre 1 sur vous êtes à l’origine de la transaction et 2 si ce n’est pas le cas. Dans l’attente, votre carte n’autorisera aucune transaction dite CNP. Le problème c’est qu’il n’est pas toujours possible (surtout à l’étranger) de répondre à ce SMS automatisé.

Si votre banque propose un 24/7 comme c’est le cas au Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Société Générale, La Banque Postale, CIC… vous pourrez avoir un opérateur par téléphone pour lever le blocage. Le cas contraire, vous devez attendre l’ouverture du service client (ex Fortuneo, Crédit Mutuel Bretagne, Boursorama, ING,…).

Sur des montants inférieurs à 100€ vous n’aurez pas de problème. Dès que cela va dépasser la somme, attendez-vous à un blocage, surtout si vous faites plusieurs paiements au travers de ces cartes agrégatrices.

Bien que vous soyez légalement protégés en cas de paiement frauduleux, ce transfert de responsabilité sur les banques, oblige ces dernières à renforcer la protection. Surtout que les cas de personnes (y compris chez les jeunes) qui remplissent des formulaires de phishing ne cesse de croître. Apple par exemple a fait du 3DS / Cryptogramme lors de l’enregistrement de la précommande avec un montant de 0€, mais lors du débit réel, beaucoup de transactions sont restées bloqués car Apple est venu faire un débit avec un nouveau dossier d’autorisation et un montant différent sans cryptogramme / 3DS. Apple s’est d’ailleurs mis en conformité avec la DSP2 pour les commandes, mais pour les précommande cela doit venir « prochainement » afin d’éviter ces situations.

Le TopUp des comptes de type Max / Curve à l’instar de Revolut risque devenir une obligation afin de proposer de recharger le compte pour palier à ces situations qui vont devenir croissantes. Vous pourrez ainsi les utiliser, tout en gardant la protection de votre carte contre les transactions à distance active.

Ces services n’apparaissent donc pas comme une solution pérenne pour un usage Apple Pay sur le moyen/long terme.

Conclusion

La solution proposée par Carrefour Banque est la plus intéressante d’un point de vu souplesse, car elle permet du différé ou de l’immédiat au fil de l’eau. Vous pouvez même résilier votre carte actuelle auprès de votre banque dans la mesure où leur carte apporte les mêmes garanties voire d’avantage selon la carte actuellement détenue.

55€ chez Carrefour et 54€ chez Casino sont des coûts très honnêtes pour une carte Mastercard Gold au vu des assurances proposées. Car là encore, ces assurances sont déléguées à des sociétés comme Allianz, Axa,… qui n’apportent pas ces couvertures gracieusement.

Carrefour est également aux frais réels avec sa Premium (Gold) pour les opérations en devises. Les 1.69% correspondent presque aux frais réels que les banques ont en termes de coût pour les devises. Même Boursorama (hors Ultim) ou Fortuneo ont un taux plus élevé. Lors des retraits 1.50% est clairement le coût réel pour le flux retrait, d’autant qu’ils ne répercutent pas le fixe pour l’opération en Premium (Gold).

Carrefour n’aura pas de service carte en 24/7 car cela n’est pas proposé par le groupe Crédit Mutuel Arkea sur les cartes qu’ils gèrent. Casino utilisant les services de Crédit Mutuel Alliance Fédérale / CIC proposera un 24/7 pour la carte afin de vous dépanner à tout moment en cas en problème.

Malgré ce manquement, l’offre de Carrefour Banque reste devant celle de Banque Casino.

La gratuité n’existant pas, il y a toujours quelqu’un qui va payer à votre place si ce n’est pas vous d’une manière ou d’une autre (via des frais d’incidents par exemple). On remarque que les organismes comme Carrefour Banque, Banque Casino, Cetelem,… facturent quant à eux un coût juste et honnête. Les banques sont justement allées trop loin en termes de tarifs et font facilement x2 sur les prix.

Il ne faut pas avoir de crainte sur une carte « CREDIT » ou même le différé. Vous n’avez aucun frais dès que vous réglez en 1x votre échéance. Vous gardez en plus une souplesse qui est celle du différé et il est très rare de voir des personnes revenir du différé pour de l’immédiat une fois qu’elles ont découvert cette facilité.